Vous êtes ici Liste d'outils

Article 3

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
Utiliser des chiffons en microfibres pour nettoyer, c’est écologique!


Par Chantale Boucher, DSP de Lanaudière et Danièle Samson, DSP Agence de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Le nettoyage vise à enlever les microbes (sans les détruire) et à éliminer les conditions propices à leur prolifération, comme la présence de saleté, d’eau, de graisse, de poussière et de matières organiques.

Pour nettoyer correctement, il faut frotter avec de l’eau et du savon.

Le but du nettoyage est d’enlever les couches de saleté visibles et invisibles. Il a été démontré que, dans les endroits humides comme la cuisine et la salle de bain, les bactéries tendent à s’organiser ensemble sur une surface pour constituer un biofilm, c’est-à-dire une couche protectrice en dessous de laquelle elles peuvent survivre et proliférer.

Il peut parfois être difficile d’éliminer cette couche. Si un désinfectant est utilisé sans que cette membrane soit brisée, les bactéries situées en dessous continueront à se développer. Pour atteindre ces bactéries, il faut briser le biofilm par une action mécanique, notamment en frottant avec un chiffon ou une vadrouille et de l’eau savonneuse.

L’utilisation d’un outil en microfibres est alors encouragée. Les chiffons de microfibres sont faits de fils de polyester et de nylon (polyamide) très fins. Ils sont mieux conçus et plus efficaces que d’autres matériaux pour éliminer la saleté et les biofilms.

Ainsi, parce qu’ils nettoient mieux que d’autres matériaux ou d’autres fibres, les microfibres augmentent l’efficacité des désinfectants. En effet, ils diminuent la quantité de microbes dans l’environnement et éliminent les conditions favorables à leur survie.

Les microfibres

Avantages :

  • Leur action mécanique est plus grande; elles se glissent plus facilement dans les petites crevasses et exercent une action abrasive plus efficace pour déloger la saleté et briser les biofilms.
  • Elles sont absorbantes et peuvent recueillir jusqu’à 7 ou 8 fois leur poids en liquide.
  • Elles sont durables.
  • Plusieurs outils en microfibres sont offerts sur le marché : linges, vadrouilles, balais, plumeaux à poussière, etc.

Inconvénients :

  • Leur coût d’achat peut être plus élevé que celui d’autres types de matériaux.
  • Elles sont incompatibles avec l’eau de Javel et l’assouplissant (liquide ou en feuilles).
  • Particularité d’entretien : elles ne doivent pas être lavées avec d’autres types de fibres, car leur pouvoir statique attire la charpie des tissus avec lesquels elles sont lavées, ce qui en diminue l’efficacité. Il faut les sécher à basse température pour ne pas les abîmer.
  • Elles sont inflammables et libèrent des vapeurs toxiques lorsqu’elles sont séchées à une trop haute température. Il faut les sécher à l’air ou utiliser le cycle basse température du sèche-linge.

Représentation schématique de l'adhésion de bactéries sur une surface. 1 Transport vers une surface. 2 Adhésion réversible. (Un simple rinçage peut être suffisant pour éliminer la charge bactérienne.) 3 Adhésion irréversible avec la surface. (Ce type d’adhésion nécessite l’utilisation d’une action mécanique [brossage] pour réduire significativement la charge bactérienne présente.) 4 Colonisation et création d’un biofilm. (Cela se produit si les conditions du milieu sont favorables. L’élimination d’un biofilm nécessite une action mécanique vigoureuse.)

Dernière mise à jour :
17 novembre 2014