Vous êtes ici Liste d'outils

Article 3

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
Le bon usage et le choix d'un humidificateur; pour le bien-être des enfants


Par Élizabeth Bisson, membre du CPISGEQ, avec la collaboration de Denis Gauvin, INSPQ

Au service de garde comme à la maison, la qualité de l’air intérieur est importante non seulement pour la santé mais aussi pour notre confort. Rappelons que le Règlement sur les services de garde exige que le taux d’humidité en hiver ne soit pas inférieur à 30 % dans une installation et, dans un sous-sol, il ne doit pas dépasser 50 % en toute saison. Pour sa part, Santé Canada souligne que l'on devrait maintenir un taux d'humidité variant entre 40 % et 50 %.

Un taux d’humidité trop bas, outre l’inconfort, peut causer des irritations aux muqueuses et favoriser la survie de certains virus comme celui de la grippe ou du rhume. Par contre, un taux d’humidité particulièrement élevé peut favoriser la croissance de bactéries, de champignons et de moisissures et provoquer des problèmes de santé comme la rhinite et l’asthme allergique. Comme les spores de certaines moisissures contiennent des allergènes et des irritants, les personnes y étant exposées sont à plus haut risque de souffrir d’asthme ou de symptômes respiratoires. C’est pourquoi, il est important de maintenir les taux d’humidité recommandés pour éviter la prolifération de micro-organismes tels que les moisissures ou la survie de certains virus.

Les enfants plus vulnérables :

Les jeunes enfants sont plus vulnérables aux contaminants (irritants, allergènes, microbes, ...) de l’air intérieur que les adultes pour plusieurs raisons. D’abord, ils absorbent les polluants de l’air plus rapidement car le volume de leurs poumons est environ deux fois plus grand que celui des adultes pour leur poids et leur taille. Leurs activités physiques sont plus intenses, favorisant des échanges respiratoires plus importants. Puis, ils sont également situés plus près du niveau du sol, là où peuvent se concentrer les polluants.

Les humidificateurs

Pendant la période hivernale à cause du chauffage, on utilise souvent des humidificateurs pour obtenir un taux d’humidité adéquat. L’utilisation des humidificateurs portatifs peut sembler à prime abord anodin. Pourtant, cet appareil peut contribuer à propager certains micro-organismes pouvant rendre malades petits et grands.

Voici quelques points à considérer :

N’utiliser un humidificateur portatif, qu’en cas de besoin, parce que ce type d’appareil est généralement difficile d’entretien et représente une source potentielle d’infection. En effet, l’eau stagnante c’est-à-dire l’eau contenue dans le réservoir d’un humidificateur inutilisé est un excellent milieu de croissance pour certaines bactéries telles les Pseudomonas, les champignons et les spores. Ces microbes seront mis en circulation dans l’environnement lorsque l’appareil sera mis en fonction. Ainsi, ce type d’appareils peut contribuer à aggraver les problèmes respiratoires de personnes souffrant d'asthme, d'allergies graves et d'autres difficultés respiratoires.

Si toutefois, un humidificateur portatif doit être utilisé pour obtenir le taux d’humidité recommandé, voici quelques lignes directrices qui aideront à diminuer les risques :

 

  • vider l’eau résiduelle du réservoir après chaque utilisation;
  • désinfecter les différentes sections de l’humidificateur tous les trois jours avec une solution d’eau de Javel à 1:10 afin d'éliminer les dépôts visqueux sur les parois et d'enrayer le développement de micro-organismes;
  • remplir le réservoir seulement lorsque l’appareil sera mis en fonction;
  • nettoyer ou remplacer les filtres, s’il y a lieu, selon les recommandations du fabricant;
  • respecter, en tout temps, les instructions du fabriquant.

Sans aucun doute qu’il peut être parfois pertinent d’utiliser un humidificateur d’air. Mais, il demeure que le choix du type d’appareil ainsi que son entretien régulier et minutieux sont très importants afin d’éviter la propagation de micro-organismes potentiellement dangereux pour la santé des enfants et des membres du personnel.

Dernière mise à jour :
30 avril 2009