Vous êtes ici Liste d'outils

outils

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
Réédition de l'affiche Les infections en milieu de garde et La vaccination contre la varicelle est maintenant gratuite

Réédition de l'affiche Les infections en milieu de garde
Par Élisabeth Bisson, membre du CPISGEQ

Conçue et réalisée pour la première fois en1985, l’affiche Les infections en milieu de garde a, par la suite, été révisée en 1989, en 1995 et en 1999. En 2005, sa mise à jour était donc devenue nécessaire. L’objectif premier de cette publication est toujours le même : celui de transmettre une information utile et concise en vue de prévenir les infections en service de garde.

Ce qui a été conservé

Les maladies suivantes font toujours partie du tableau, soit : la conjonctivite infectieuse, la coqueluche, la diarrhée épidémique, l’érythème infectieux ou « cinquième maladie », l’impétigo, la méningite virale, l’otite moyenne, la pharyngite et l’amygdalite à streptocoque et la scarlatine, la pédiculose (poux) et la varicelle.

Dans l’encadré du bas, la Définition des termes, les Abréviations et l’Explication des symboles tout en ayant été conservés ont fait l’objet de correctifs mineurs.

Ce qui a été retiré

Certaines maladies moins courantes en service de garde ont été retirées du tableau, soit : l’infection à cytomégalovirus, la gale, la giardiase et la rubéole ainsi que l’information sur Les maladies d’intérêt particulier (Haemophilus influenzae de type b, Neisseria meningitidis, shigellose et salmonellose) et celle traitant de la vaccination. En effet, comme les recommandations sur l’immunisation évoluent rapidement, il est difficile de maintenir l’information à jour sur une affiche qui sert en moyenne pendant 5 ans.

Les nouveautés

Le rhume et l’influenza (grippe) sont maintenant divisés en deux infections distinctes. Rappelons que l’influenza peut être prévenue par la vaccination annuelle pour la clientèle faisant partie des groupes à risque. Malheureusement, il n’existe aucun vaccin contre le rhume.

L’infection causée par le virus à Coxsackie et diagnostiquée sous l’appellation Pieds-mains-bouche a été intégrée puisque c’est une infection
qui peut être présente en milieu de garde.

Dans l’encadré du bas, on retrouve des conseils pratiques pour s’informer, au besoin, auprès de l’infirmière du CSSS (mission CLSC) et pour adopter la démarche appropriée lorsqu’un parent déclare que son enfant a une infection avec un risque de transmission. Le tout sera certainement d’une grande utilité pour mettre en place rapidement les mesures requises en prévention.


La vaccination contre la varicelle est maintenant gratuite
Par Lucie St-Onge, ministère de la Santé et des services sociaux

Le ministère de la Santé et des Services sociaux annonçait récemment l’ajout de la vaccination contre la varicelle à son programme d’immunisation gratuite. Cet ajout signifie que, depuis le 1er janvier 2006, les enfants âgés d’un an peuvent recevoir ce vaccin en même temps que les autres vaccins recommandés dans le calendrier d’immunisation. Les enfants plus âgés qui n’ont jamais eu la varicelle pourront également être vaccinés lors des visites régulières prévues chez le médecin ou le CLSC. Les enfants qui ont déjà eu la varicelle ou qui ont déjà été vaccinés n’ont pas besoin de cette protection. Une seule dose est nécessaire pour les enfants âgés de douze ans et moins. Ce vaccin est aussi recommandé aux adultes travaillant en service de garde - incluant les stagiaires - n'ayant jamais fait la varicelle. À cet effet, ces personnes peuvent consulter leur MD ou CLSC pour discuter de cette vaccination.

Souvent appelée « picote » ou « picote volante », la varicelle est une maladie très contagieuse causée par un virus. La majorité des enfants l’attrapent en l’absence de vaccination. Bien que cette maladie soit habituellement bénigne, elle comporte un risque de complications plus élevé que ce qui est généralement perçu. En effet, chaque année au Québec, de 400 à 500 personnes, surtout des enfants, sont hospitalisées en raison des complications causées par cette maladie. Une otite, une pneumonie, une infection de la peau, une infection grave à streptocoque de groupe A (bactérie mangeuse de chair), une encéphalite (infection du cerveau) et le décès dans de rares cas sont des exemples de complications que peut provoquer la varicelle. La gravité de la maladie augmente avec l’âge. Le vaccin contre la varicelle prévient l’infection chez 70 à 90 % des personnes vaccinées et prévient une maladie grave chez plus de 95 % d’entre elles.

La varicelle ne doit donc pas être prise à la légère et, dans cette optique, l’ajout du vaccin contre cette maladie au programme de vaccination gratuite s’avère une excellente nouvelle.

Pour obtenir de l’information sur le sujet, les parents peuvent communiquer avec leur CLSC ou leur médecin.

Dernière mise à jour :
29 septembre 2015