Vous êtes ici Liste d'outils

La boîte aux lettres

  • Index par numeros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
Couche jetable ou en tissu ?


Par Élizabeth Bisson, infirmière Comité de prévention des infections dans les centres de la petite enfance du Québec (CPICPEQ)

n 1961, une compagnie a mis sur le marché la première couche jetable. Vue comme une bénédiction au début, cette nouveauté est vite devenue un problème environnemental. Les couches jetables seraient le troisième matériel pollueur en importance dans les dépotoirs. Devrait-on, d’un point de vue écologique, en revenir aux couches lavables ? Devrait-on utiliser les couches en tissu pour sauvegarder les ressources comme les arbres et économiser les matières plastiques ?

Les couches lavables ont aussi un impact négatif sur l’environnement : coûts énergétiques reliés au lavage et au séchage, augmentation du volume des eaux usées, pesticides et produits chimiques utilisés pour la fabrication du coton.

En service de garde, l’utilisation de couches en papier demeure la meilleure solution pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elles permettent de réduire le risque de transmission des maladies infectieuses. En effet, en service de garde, le port d’une couche en papier super absorbante recouverte d’un vêtement diminue la transmission d’agents infectieux et la contamination de l’environnement.

De plus, la capacité d’absorption et le taux de sécheresse des couches en papier sont supérieurs à ceux des couches en tissu. Des études ont démontré que les cas de dermatite étaient moins nombreux chez les enfants portant des couches jetables et que, lorsque la maladie survenait, elle était moins grave.

Pour réduire leurs dépenses en couches jetables, les parents peuvent utiliser des couches en tissu à la maison.

Dernière mise à jour :
30 avril 2009