Vous êtes ici Liste d'outils

Article 2

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
La varicelle : de l'eau, du savon et des « picots »


Par Valérie Lamarre, Hôpital Sainte-Justine

e sujet a déjà été abordé à quelques reprises dans Bye-Bye les microbes !. Cette fois-ci, nous nous intéresserons aux soins de la peau à procurer aux enfants atteints de cette maladie.

La varicelle est une maladie virale extrêmement contagieuse qui se manifeste par de petites bulles, dites vésicules, apparaissant d'abord sur le cuir chevelu, le visage et le tronc, avant de se généraliser aux extrémités. Elles évoluent en poussées successives tous les deux jours, pour devenir des croûtes qui finissent par tomber. Les lésions, de quelques-unes à plusieurs centaines, guérissent pour la plupart sans laisser de cicatrices. La varicelle peut être prévenue par la vaccination.

Tout le monde sait que, lorsque l'on se blesse, il faut laver le « bobo » avec de l'eau et du savon et le garder propre pour qu'il ne s'infecte pas. C'est exactement la même chose pour la varicelle.

Les complications les plus fréquentes de la varicelle sont liées au fait que la peau est lésée et endommagée. Les bactéries aiment bien profiter de l'occasion créée par ces nombreuses ouvertures pour s'y faufiler et causer des problèmes. C'est ce que nous appelons les « surinfections bactériennes ».Voici comment les éviter.

Tout le monde sait que, lorsque l'on se blesse, il faut laver le « bobo » avec de l'eau et du savon et le garder propre pour qu'il ne s'infecte pas. C'est exactement la même chose pour la varicelle. La priorité est de garder la peau propre. Selon l'âge de l'enfant et ses préférences, des bains ou des douches tièdes deux fois par jour sont recommandés. L'eau ne devrait pas être trop chaude, 32 ºC au maximum, car la chaleur augmentera les démangeaisons. Un savonnage doux devrait garder le petit et ses « picots » bien propres. Pour l'assécher, un épongeage doux suffit. Certains parents aiment ajouter dans l'eau du bain du bicarbonate de soude (communément appelé « petite vache » ou « soda ») ou des flocons d'avoine (Aveeno®). Il n'est pas prouvé que ces produits diminuent les démangeaisons, mais ces pratiques ne sont pas dangereuses.

Les ongles de l'enfant devraient être coupés bien courts afin d'éviter qu'il ne se blesse la peau s'il ne peut s'empêcher de se gratter. On peut aussi faire porter des gants ou des mitaines de coton aux nourrissons. L'enfant devrait porter des vêtements légers et, si possible, en coton (au moins ceux qui sont en contact avec la peau) pour éviter une sudation excessive.

L'application d'une lotion à la calamine sur les lésions pour aider à diminuer les démangeaisons est fort populaire, même si l'efficacité de ce produit n'est pas prouvée. Des médecins ont même l'impression que la texture crayeuse de ces lotions favorise la pullulation bactérienne et les surinfections. Une simple crème hydratante non parfumée appliquée par les parents le bain suffit le plus souvent. Les crèmes et lotions contenant un antihistaminique topique devraient pas être appliquées sur une grande surface corporelle, puisqu'elles risquent d'être absorbées par la peau fine de l'enfant et de causer intoxication. Règle générale, vaut mieux s'abstenir de les utiliser.

Les comprimés ou sirops antihistaminiques peuvent parfois être utiles lorsque les démangeaisons sont intenses. Il est important de respecter la posologie suggérée et le cadre réglementaire des services garde (autorisation parentale ordonnance médicale).

Bref, la complication la plus craindre de la varicelle est la surinfection bactérienne des lésions. Une hygiène méticuleuse de la peau aide à éviter de telles complications et favorise une guérison sans cicatrices.

Dernière mise à jour :
29 mai 2009