Vous êtes ici Liste d'outils

Article 1

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
Les poux de tête : mythes et réalités 


Par Julio C. Soto, DSP de Montréal-Centre  

Les poux sont vieux comme le monde. On en a trouvé dans les cheveux de momies âgées de plus de mille ans. Ces parasites déposent leurs œufs (lentes) très près de la racine des cheveux, particulièrement derrière la tête et les oreilles. La transmission se fait principalement lorsque les cheveux d'une personne infestée touchent les cheveux d'une autre (tête-à-tête). Contrairement à ce que l'on croit, le risque de transmission par les effets personnels (brosses à cheveux, peignes, chapeaux, taies d'oreiller ou autres) est minime car, hors de la tête, la survie des poux et des lentes est de courte durée. Les lentes sont viables sur le cuir chevelu et, en l'absence d'un traitement, elles deviendront contagieuses à leur éclosion si elles sont situées à moins de 6 mm du cuir chevelu. En effet, les poux ont besoin de chaleur et de sang pour vivre et se reproduire. Si le cuir chevelu leur offre ces conditions, pourquoi vivraient-ils ailleurs, n'est-ce pas ?

Pou adulte et lente grossis pour montrer les détails


Pou adulte et lente grossis pour montrer les détails
(Images de Care Technologies Inc.)

L'insecte adulte est difficile à voir en raison de sa mobilité et, surtout, de sa petite taille. Il n'est pas plus gros qu'une tête d'épingle ! Par contre, les lentes sont visibles à l'œil nu. Elles ressemblent à des pellicules mais, à la différence de ces dernières, on ne peut les décoller facilement. Les lentes demeurent visibles même si elles sont vides ou mortes après un traitement approprié.

Pou

Les poux de tête ne propagent pas de maladies et les symptômes qu'ils provoquent (démangeaisons, lésions de grattage) sont relativement bénins. Ils constituent néanmoins un problème de santé publique dans le milieu de garde en raison de leur transmission facile, de l'émoi social provoqué par leur présence, des efforts considérables déployés pour en contrôler la propagation, du coût du traitement ainsi que de la toxicité potentielle des insecticides utilisés.

Au service de garde, on se débarrassera des poux de tête en appliquant les recommandations suivantes :

  • D'abord, on ne traite que les personnes infestées.
  • Peu importe le produit pédiculicide choisi (ex. : NIX), il doit être appliqué deux fois, dans un intervalle de 7 à 10 jours. L'action prolongée du produit et une deuxième application suffiront à éliminer les quelques lentes jeunes qui auraient pu survivre à la première application.
  • Une lente jeune n'est pas contagieuse. L'enfant (ou la personne infestée) peut retourner au service de garde après la première application du produit.
  • Si des poux, les insectes adultes et non les lentes, réapparaissent dans les deux jours qui suivent la première application, on doit soupçonner une résistance au produit utilisé. Dans ce cas, il faudra recommencer avec un produit différent.
  • Lorsque les sourcils sont atteints, on n'utilise pas les pédiculicides; on applique plutôt la VaselineMD ou le LacrilubeMD.
  • Comme leur efficacité dans le contrôle des poux est douteuse, l'enlèvement des lentes à l'aide d'un peigne fin et le nettoyage des effets personnels constituent des mesures facultatives en service de garde. Cependant, on peut recommander aux parents d'utiliser régulièrement le peigne fin pour détecter la présence de poux dans les cheveux de leurs enfants.
  • L'utilisation du vinaigre pour décoller les lentes est à déconseiller, car cette mesure peut aussi enlever le produit pédiculicide ou nuire à son action prolongée.
  • À la maison, la vaporisation d'un insecticide sur les meubles ou les objets environnants est fortement déconseillée. Cette mesure est inefficace pour le contrôle des poux de tête et elle peut présenter un risque important pour la santé des personnes et des animaux exposés à ce produit toxique.
  • Pour toute information additionnelle sur les poux de tête et leur traitement, on peut communiquer avec les services INFO-SANTÉ et les CLSC.
Mythes Réalités
La présence des poux de tête signifie que l'enfant et la famille sont malpropres. Les poux de tête peuvent infester n'importe quelle personne, quelle que soit son hygiène personnelle.
Les poux de tête peuvent survivre longtemps dans les chapeaux et autres objets personnels. Les poux de tête survivent rarement plus de 36 heures hors du cuir chevelu humain.
Toutes les infestations de poux de tête sont accompagnées de symptômes. Plusieurs personnes ne présentent aucun symptôme.
Les proches et les compagnons de groupe doivent être traités sans vérification de la présence de poux. On doit toujours examiner avec soin les personnes en contact étroit avec la personne infestée et ne les traiter que si elles sont infestées.
À la suite d'une éclosion, la politique d'admission « sans lente » aide à contrôler le problème. L'efficacité des politiques d'admission « sans lente » pour le contrôle des poux n'a pas été démontrée.
Au Québec, la résistance aux pédiculicides constitue la première cause d'échec des traitements. Les échecs des traitements sont souvent reliés à une mauvaise application des pédiculicides ou à des barrières culturelles et économiques.

 

Dernière mise à jour :
19 juillet 2011