Vous êtes ici Liste d'outils

Avantages sociaux

Les éducateurs et les éducatrices de la petite enfance bénéficient d’un régime de retraite pour assurer le maintien d’un niveau de vie satisfaisant au moment de la retraite ainsi que d’un régime d’assurance collective qui les protège aussi contre certains risques, notamment en cas de décès, d’accident, de maladie ou d’invalidité.

Le régime de retraite

Le Régime de retraite du personnel des centres de la petite enfance et des garderies du Québec est implanté depuis le 1er avril 2003 et il s’adresse à tout le personnel salarié des centres de la petite enfance, des garderies subventionnées et des bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial, que ces personnes travaillent à temps plein ou à temps partiel. Ce régime, qu’on appelle souvent « fonds de pension », est un contrat selon lequel l’employé et l’employeur s’engagent à verser des sommes dans une caisse de retraite.

Il s’agit d’un régime de retraite à prestations déterminées, ce qui signifie que la rente payable par le régime est garantie et calculée selon une formule préétablie. Cela diffère d’un régime à cotisation déterminée, dont la valeur de la rente au moment de la retraite est soumise aux fluctuations des marchés financiers.

Le régime d'assurance collective

Le ministère de la Famille a un contrat d’assurance collective ouvert au personnel des centres de la petite enfance, des garderies subventionnées et des bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial.

Bien qu’il regroupe plus de 1 200 établissements, ce régime d’assurance collective n’est pas un régime universel. En effet, il ne s’applique qu’aux membres du personnel admissibles des établissements qui ont choisi d’y adhérer.

Afin de permettre une meilleure flexibilité, tant sur le plan financier que sur celui des protections offertes, le régime d’assurance collective propose aux employés visés trois modules aux couvertures variées. Les travailleurs choisissent le module qui convient le mieux à leur besoin personnel.

Peu importe le module choisi, les employées sont admissibles, sous certaines conditions, au régime de congés de maternité prévu au contrat et qui leur offre, pour une période de 20 semaines, des indemnités pouvant représenter jusqu'à 93 % de leur salaire admissible, réduites des montants versés par le Régime québécois d’assurance parentale.

Haut de la page

Dernière mise à jour :
13 août 2014