Vous êtes ici Liste d'outils

Article 2

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
Hygiène respiratoire


Par Julio C. Soto, Institut national de santé publique du Québec

Atchou ! Dire « À vos souhaits » c'est bien, apprendre l'hygiène respiratoire, c'est encore mieux !

Autrefois, on considérait l'éternuement comme le premier symptôme d'une maladie, ainsi sont nées les formules de politesse « À vos souhaits » et « Dieu vous bénisse ». Maintenant, on sait qu'on peut faire mieux avec la prévention.

Avec l'arrivée de l'automne et de la rentrée commence un nouveau cycle d'infections respiratoires. Elles sont causées par de redoutables microbes, qui se développent et se transmettent mieux l'hiver, aidés par un environnement intérieur peu ventilé et une concentration d'individus réceptifs qui partagent de façon constante un espace relativement restreint.

Les infections respiratoires (en particulier celles des voies supérieures) sont les affections les plus souvent rapportées dans les services de garde à l'enfance. Elles se transmettent par les sécrétions et les gouttelettes provenant du nez, de la gorge et des conduits aériens, dont les bronches et les poumons, des personnes infectées. La transmission est favorisée par des mains contaminées par les sécrétions respiratoires. Or, les jeunes enfants contaminent souvent leurs mains en essuyant leurs sécrétions nasales ou en introduisant leurs doigts dans leur nez.

Afin de minimiser le risque de transmission d'infections respiratoires, de simples règles d'hygiène respiratoire peuvent être recommandées en milieu de garde à l'enfance. Les voici.

  1. Tousser et éternuer dans le pli du coude. À éviter :
    • Les vieilles règles de politesse, dont celle de se couvrir le nez et la bouche avec les mains en toussant ou en éternuant. C'est ainsi que l'on se contamine les mains.
    • Retenir l'éternuement ou la toux en fermant la bouche ou en se couvrant le nez avec les doigts, car ces gestes augmentent le risque d'otites.
  2. Se moucher le nez avec des papiers mouchoirs jetables, de préférence plusieurs, suffisamment épais ou grands pour que les doigts ne touchent pas aux sécrétions.
  3. Au moment de se moucher, souffler doucement dans une narine à la fois en obstruant l'autre. Cela empêche les sécrétions nasales de pénétrer dans les conduits intérieurs qui communiquent avec la gorge et l'oreille interne. Ils ont un joli nom : les trompes d'Eustache.
  4. Jeter immédiatement les mouchoirs en papier utilisés dans une poubelle munie d'un couvercle. Certains virus respiratoires peuvent survivre au moins 60 minutes sur un mouchoir de papier.
  5. Se laver les mains avec de l'eau et du savon (ou avec une solution antiseptique à base d'alcool) après avoir toussé, éternué ou utilisé un papier mouchoir.
  6. Faire l'effort de se tenir les mains à l'écart des muqueuses des yeux et du nez. Cela n'est pas toujours évident pour les enfants ni pour une bonne proportion d'adultes, en particulier les hommes.
  7. Maintenir une qualité optimale de l'air intérieur en assurant une température et une ventilation régulières, une humidité relative entre 30 et 50 % (un taux d'humidité trop bas peut provoquer une irritation des muqueuses et favoriser la survie de certains virus respiratoires, tandis qu'un taux d'humidité trop élevé peut entraîner la formation de moisissures et la survie d'autres agents infectieux).
  8. Apprendre à bien respirer (inspiration par le nez, expiration par la bouche et le nez) par la relaxation, surtout lorsqu'on est en plein air.

À noter que les masques de tissu ou de papier filtre, très utilisés par la population en Asie pendant la période grippale, peuvent retenir les grosses gouttelettes et dans une certaine mesure jouer un rôle pour minimiser la transmission. Cependant, en milieu de garde et en particulier chez les enfants, les inconvénients sont plus grands que les avantages : masques difficilement adaptables aux petits visages, besoin de les changer souvent, exigence de contrôle et de supervision de la part des adultes.

Cultivons l'hygiène respiratoire et celle des mains pour dire « bye-bye les microbes ! » et prévenir les infections !

Dernière mise à jour :
30 avril 2009