Vous êtes ici Liste d'outils

Article 1

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
L'exclusion en service de garde : une décision parfois difficile


Par Louise Poirier, hôpital Maisonneuve-Rosemont

À l'arrivée de Charlot au CPE ce matin, ses yeux coulent. Sa mère se demande s'il n'a pas joué trop longtemps dans la pataugeoire, la veille. À part cela, il est en pleine forme et attend avec impatience la cueillette de légumes prévue pour ce matin.

Lili a eu la diarrhée durant deux jours, et ses parents aussi. Depuis hier soir, tout est rentré dans l'ordre et elle a même très faim. Sa mère, par contre, ne se sent pas encore très bien. C'est son père qui l'a amenée au CPE ce matin, un peu plus tôt que d'habitude, car il doit prendre le train pour assister à une importante réunion.

Léo s'est réveillé avec de petites rougeurs sur les deux jambes qui démangent beaucoup. Son grand frère Thomas a les mêmes rougeurs mais en moins grand nombre. Leurs parents leur ont mis une crème dont ils s'étaient servis au début de l'été quand Thomas avait eu des rougeurs similaires.


Charlot, Lili et Léo devraient-ils rester au CPE aujourd'hui ?

Il n'est pas toujours facile de prendre une décision lorsqu'un enfant présente des signes ou des symptômes d'infection :
Faut-il l'exclure ?
Si on le fait, quand peut-il réintégrer le service de garde et qui l'y autorise?
Doit-il obligatoirement être examiné par un médecin ?

Exclure un enfant de son milieu de garde entraîne des désagréments pour les parents ou pour l'enfant lui-même. C'est pourquoi cette mesure doit être exceptionnelle et avoir pour object de prévenir l'aggravation de l'état de santé de l'enfant et de protéger l'entourage.

Les recommandations à ce sujet tiennent compte de plusieurs éléments :

  1. S'agit-il d'une maladie infectieuse transmissible ?
    L'infection d'un ongle incarné, par exemple, est causée par une bactérie qui se transmet très rarement d'une personne à l'autre.
  2. Quelle est la gravité de l'infection ?
    Le « rhume banal », bien que facilement transmissible, est généralement bénin.
  3. La transmission de l'infection aux autres enfants et au personnel peut-elle être évitée par l'exclusion de l'enfant malade ?
    Si l'infection est surtout contagieuse avant l'apparition des premiers symptômes, l'exclusion de l'enfant malade n'empêchera pas la transmission ultérieure. C'est ce qui se produit dans le cas de la varicelle, par exemple.

Recommandations concernant l'exclusion

Le tableau que l'on trouve dans la boîte à outils présente certaines situations qui peuvent justifier une exclusion.

Au-delà de ces recommandations, le premier élément à considérer est l'état général de l'enfant. L'enfant doit pouvoir participer, sans effort inhabituel, aux activités du groupe; il ne doit pas nécessiter de soins particuliers au point où l'éducatrice ne pourrait plus s'occuper de son groupe. L'autre élément important à évaluer est la fièvre : on admet généralement que tout enfant qui fait 39 °C de fièvre (température rectale) devrait être exclu, de même que celui dont la fièvre s'accompagne d'une éruption cutanée.

Le protocole d'exclusion

Il est essentiel que chaque milieu de garde élabore, à partir des documents publiés par les organismes officiels (comme le tableau d'exclusion présenté dans ce numéro), ses propres lignes directrices en matière d'exclusion. Il faut les faire connaître non seulement au personnel, mais aussi aux parents dès l'admission de leur enfant au service de garde. Elles doivent préciser, entre autres, les critères d'exclusion, les modalités prévues pour joindre les parents et les mesures concrètes qui sont prises lorsqu'un enfant doit être retiré du milieu de garde. Les lignes directrices en matière d'exclusion servent aussi à sensibiliser les parents à l'importance de désigner à l'avance une autre personne-ressource qui puisse garder leur enfant en cas de besoin.

Conclusion

L'exclusion d'un enfant de son milieu de garde est une mesure d'exception. Il existe des recommandations relativement précises à propos de certaines maladies infectieuses courantes; les services peuvent s'en inspirer pour formuler leurs lignes directrices en matière d'exclusion. Il est primordial que le personnel et les parents en soient informés pour éviter les désaccords au moment de l'application des mesures d'exclusion.


Et qu'arrive-t-il à Charlot, Lili et Léo ?

Charlot présente des symptômes de conjonctivite; l'écoulement est peu abondant et ses yeux ne sont pas rouges ni enflés. Il peut demeurer au service de garde (pas de baignade).

Lili n'a plus de diarrhée depuis environ douze heures. Un enfant qui a présenté des symptômes de gastro-entérite peut réintégrer son milieu de garde lorsque les symptômes ont disparu.

Léo a une éruption cutanée sans fièvre, résultant peut-être du contact avec l'herbe à puce (sumac vénéneux). Il est possible que la démangeaison soit suffisante pour nuire à ses activités quotidiennes et que la consultation d'un médecin soit indiquée pour obtenir un diagnostic et commencer le traitement approprié. Cependant, s'il se sent bien et n'est pas incommodé par les démangeaisons, une éruption cutanée sans fièvre ni atteinte de son état général ne justifie pas son exclusion du service de garde.

Dernière mise à jour :
30 avril 2009