Vous êtes ici Liste d'outils

Article 2

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
La vaccination, une bonne protection pour les enfants !


Par : Élizabeth Bisson, Direction de la santé publique de la Mauricie et du Centre-du-Québec

C’est grâce aux travaux de Jenner (XVIIIe siècle) contre la variole et de Pasteur (XIXe siècle) contre la rage que la science médicale découvrit que les vaccins aident à protéger les humains contre des maladies mortelles. Au cours du dernier siècle, de nouveaux vaccins ont permis de sauver des millions de vies partout dans le monde. On reconnaît aujourd’hui la vaccination comme la mesure de prévention par excellence. Malgré le fait que certaines maladies ont considérablement diminué grâce à la vaccination, il reste que les microbes à l’origine de ces maladies sont toujours présents dans notre communauté ou peuvent être attrapés au cours d’un voyage et ramenés dans notre milieu. Tous les pays du monde ont des programmes de vaccination à la mesure de leurs moyens économiques. Au Québec, le calendrier de vaccination gratuit et recommandé pour les enfants contient des vaccins contre 9 maladies (la rougeole, la rubéole, les oreillons, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la poliomyélite, les maladies graves à Haemophilus influenzae de type b et l’hépatite B). Plusieurs doses d’un même vaccin sont parfois nécessaires pour garder des anticorps protecteurs en quantité suffisante.

La vaccination stimule le système de défense de l’organisme, appelé système immunitaire et le prépare à mieux combattre la maladie en cas de nouveau contact avec le microbe qui la cause. Certains prétendent que le nombre important de vaccins faisant partie du programme de vaccination épuise le système immunitaire. À ces personnes, iI faut rappeler que, dès la naissance, l’organisme se défend de façon naturelle contre des millions de bactéries et de virus présents dans l’air, les aliments, l’eau ou sur des objets sans être épuisé pour autant. Normalement, on respire environ 24 fois par minute et notre cœur bat entre 68 et 72 fois par minute (et le rythme est encore plus rapide chez les enfants) sans que nos poumons et notre cœur ne soient épuisés. Il en est ainsi pour le système immunitaire : s’il est stimulé à chaque instant par un nombre impressionnant de microbes, ce ne sont pas neuf types de microbes supplémentaires qui vont l’épuiser. Un enfant en bonne santé et ayant une saine alimentation résiste mieux aux infections mais non à toutes. Le risque d’attraper des maladies infectieuses graves et de souffrir de leurs complications demeure omniprésent. Jusqu’à tout récemment et malgré l’amélioration des habitudes alimentaires et des conditions de vie, les pays industrialisés n’étaient pas en mesure d’enrayer des épidémies de maladies graves causées par l’Haemophilus influenzae de type b. C’est seulement grâce à l’introduction d’un vaccin efficace dans les années 80 que cette maladie est maintenant en voie d’élimination.

Une bonne proportion des enfants vaccinés ne présentent aucune réaction après l’administration des vaccins. D’autres ressentent des effets passagers comme un inconfort au bras, dû à la piqûre, ou une légère fièvre. Cependant, il reste préférable de se faire vacciner que d’affronter la maladie. Par exemple, le vaccin contre la rougeole qui est donné à l’âge de 12 et 18 mois est pratiquement inoffensif. Par contre, un enfant qui a la rougeole peut souffrir de complications : otite, pneumonie, convulsions, etc. Un enfant atteint de rougeole sur mille subira des dommages permanents au cerveau. Il pourra même décéder.

La protection que procurent les vaccins ne se limite pas seulement à la personne vaccinée. L’entourage aussi est protégé car on diminue la possibilité de transmission de la maladie. Par conséquent, tous en profitent.

En résumé, en faisant vacciner les enfants, on leur offre la meilleure protection. Pour en savoir plus sur la vaccination, consultez un professionnel ou une professionnelle de la santé, les services INFO-SANTÉ ou votre CLSC ; ils vous aideront à prendre une décision éclairée pour le bien-être des tout-petits.

Dernière mise à jour :
30 avril 2009