Vous êtes ici Liste d'outils

Article 1

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
Infirmière en service de garde : une mission possible !


Par Suzette Rousseau, CLSC des Hautes-Marées

L'autre jour, j'étais assise dans la salle de repos de notre CLSC quand une nouvelle collègue de travail me demanda : « Qu'est-ce que tu fais toi ? Je ne te vois pas souvent... »
« Heu ! Je suis infirmière dans les services de garde. ». Elle me regarda, surprise, « Ah bon ! Je ne savais pas qu'il y avait des infirmières dans les garderies… Qu'est-ce que tu peux bien faire là ? » À mon tour d'avoir l'air surprise : « De la prévention, c'est sûr ! ».

Mon objectif est de favoriser le bien-être et le développement optimal des enfants.

En revenant dans mon bureau, je réfléchis à sa question et me mis à visionner les différentes activités que je fais. Mon objectif en travaillant dans ce milieu que j'aime beaucoup est de favoriser le bien-être et le développement optimal des enfants.

Mon travail consiste à prévenir et à contrôler les maladies infectieuses dans les CPE. Dans un premier temps, j'essaie de travailler à réduire les infections dans le milieu. J'arrive au CPE avec ma lampe magique, mon liquide orange (Glogerm) et ma cassette Bye Bye... les microbes ! Ce matin, je rencontre quatre groupes de petits amis. Tout en m'amusant avec eux, je leur apprendrai à bien se laver les mains. C'est là une activité très efficace pour prévenir les infections. Quelle surprise dans les yeux de Louise, l'éducatrice : ma lampe magique vient de lui révéler à nouveau l'importance de se laver les mains et surtout de bien le faire. Je profite de l'occasion pour saluer les parents en leur faisant parvenir un texte sur ce sujet. Il faudra que je fasse un rappel sur les autres mesures d'hygiène : mouchage et changement de couches. L'an passé, j'ai parlé de l'importance de la désinfection, et je constate qu'elle a plusieurs significations selon le milieu; il faudra donc que je pense à retoucher cet aspect.

Je suis contente d'avoir rencontré toutes les éducatrices pour mettre à jour leur vaccination, car c'est un bon moyen de se protéger contre les infections. Même celles qui se croyaient trop âgées ont eu besoin d'un rappel de tétanos.

Malgré tout, il y a souvent des petits microbes qui réussissent à s'infiltrer et voilà un cas de streptocoque. À chaque signalement d'une maladie infectieuse que me fait un CPE, j'évalue la situation avec la responsable, m'assure du suivi et utilise, au besoin, la lettre informative sur la maladie infectieuse à envoyer aux parents.

Une maladie infectieuse, ça crée bien des remous ! J'ai commencé à parler de VIH (sida) et d'hépatite B dans quelques milieux et, ayant senti un malaise, j'ai préparé une séance d'information sur l'importance de se protéger du sang (mesures universelles) où que l'on soit. Je me dis : « Si ça nous fait peur, il faut d'autant plus en parler… pour se protéger ! ».

Depuis deux ou trois ans, un comité conjoint « Milieux de garde – CLSC » nous permet de créer des liens, d'exprimer nos besoins et nos attentes, de nous faire connaître de plus en plus dans le milieu.

Ah oui, j'y pense, ça fait longtemps que je n'ai pas eu de demande concernant les allergies alimentaires. Il y a sûrement de nouveaux cas et Y'a pas de risque à prendre* avec ça. Les nouvelles éducatrices apprécient quand j'apporte mon démonstrateur d'ÉpipenMD, car « rien de mieux que de se pratiquer avec la seringue-témoin pour diminuer nos craintes ! », me disent-elles ensuite.

Chez nous, depuis deux ou trois ans, un comité conjoint « Milieux de garde – CLSC » nous permet de créer des liens, d'exprimer nos besoins et nos attentes, de nous faire connaître de plus en plus dans le milieu. Je me rends compte que travailler en CPE est un beau défi et je fais un souhait : que chaque CPE demande et reçoive les services de santé auxquels il a droit. Ces services seraient une mesure efficace pour atteindre l'objectif visé par tous : favoriser le bien-être et le développement optimal de nos enfants. D'autre part, j'aimerais bien, égoïstement, partager la passion de mon travail avec d'autres collègues.

* Titre d'une vidéocassette vendue par l'Association québécoise des allergies alimentaires. Téléphone : 514 990-2575.

 

Dernière mise à jour :
29 mai 2009