Vous êtes ici Liste d'outils

Article 2

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
La qualité de l'air dans les services de garde (suite et fin)


Par Jean-Claude Dionne, Institut de recherche en santé et sécurité du travail (IRSST)

Plusieurs polluants ou contaminants réussissent à pénétrer dans les services de garde. On constate que leurs sources se trouvent tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des services de garde. Voici quelques-uns de ces polluants :

L'air extérieur

L'air extérieur contient de nombreux gazL'air extérieur contient de nombreux gaz et produits chimiques, de la poussière et des microorganismes qui peuvent pénétrer dans les habitations ou immeubles par les fenêtres, les portes, le système de ventilation, la cheminée, etc. Plusieurs facteurs influencent les concentrations de ces contaminants de l'air extérieur, notamment les saisons, la température ou la densité du trafic routier. Cette pollution est souvent intense au centre des villes ou dans le voisinage des rues à fort trafic ou des zones industrielles.

Certains contaminants chimiques comme l'ozone ont tendance à disparaître assez rapidement au contact d'objets tels que les rideaux et les meubles. D'autres, notamment le monoxyde de carbone, les composés organiques volatils, les hydrocarbures, les poussières contenant des métaux comme le plomb, sont plus stables et peuvent constituer une atteinte plus sérieuse à l'hygiène de l'air intérieur.

Si les services de garde ne peuvent contrôler entièrement ces sources de pollution de l'air extérieur, ils peuvent, au moins, en diminuer l'impact.

D'abord, un service de garde devrait en principe être situé loin des zones de pollution industrielle et des rues où le trafic routier est dense. On devrait aussi demander aux conducteurs qui s'approchent du service de garde avec leurs véhicules, particulièrement aux chauffeurs des camions de livraison, d'éteindre le moteur. Les émissions toxiques en provenance de ces véhicules peuvent causer de sérieux problèmes de santé aux enfants et au personnel.

L'air intérieur

Plusieurs contaminants proviennent de l'intérieur même des édifices. Les sources de ces polluants sont nombreuses :

  • la structure de l'immeuble (certains bois traités);
  • les recouvrements des planchers, tuiles de plafond, colles pour les fixer, peintures, rideaux, cloisons, bureaux, chaises, jouets et articles divers (présence de PCP, de formaldéhyde, de fibres minérales, de composés organiques volatils);
  • les occupants : les êtres humains produisent principalement de l'anhydride carbonique (CO2), des vapeurs d'eau, des odeurs et des microbes;
  • les systèmes mécaniques et les humidificateurs (ceux-ci peuvent favoriser l'apparition de moisissures, de bactéries et de microorganismes); et
  • les activités normales ayant lieu à l'intérieur d'un service de garde (celles-ci produisent des poussières et des odeurs).

Les particules de poussière, les bactéries et les moisissures peuvent demeurer en suspension dans l'air de quelques minutes à quelques heures. Ouvrir ou entrouvrir les fenêtres au moins 30 minutes par jour, lorsque les enfants ne sont pas dans les locaux, de même que nettoyer quotidiennement les diverses surfaces, sont deux moyens simples d'éliminer les contaminants qui proviennent de l'intérieur même de l'édifice et ainsi, d'assurer une bonne qualité de l'air intérieur.

Pour améliorer la qualité de l'air intérieur, rien de tel que de... changer d'air !

 

Dernière mise à jour :
30 avril 2009