Vous êtes ici Liste d'outils

Article 1

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
La qualité de l'air intérieur dans les services de garde


Par Jean-Claude Dionne, Institut de recherche en santé et sécurité au travail du Québec

Voici le premier de deux articles consacrés à la qualité de l'air intérieur dans les services de garde à l'enfance. Dans cette première partie, nous allons faire un bilan de l'état des connaissances à ce sujet en soulignant son importance pour la santé des enfants et des membres du personnel.

Dans le deuxième article, nous aborderons les sources de contaminants ainsi que les pratiques et les techniques recommandées afin d'assurer une qualité de l'air intérieur appropriée pour le milieu de garde.

Un peu d'histoire

C'est seulement au milieu des années 70 que l'air à l'intérieur des locaux publics est devenu une préoccupation de santé publique. En effet, suite à la crise du pétrole, on s'est mis à isoler davantage les bâtiments pour diminuer les pertes de chaleur, réduisant du même coup les échanges d'air entre l'extérieur et l'intérieur. Ce confinement ne tarda pas à affecter la qualité de l'air intérieur, donnant naissance à un problème jusque-là inconnu ou sous-estimé, qu'il fallait étudier sérieusement.

L'air transporte un nombre considérable de substances : gaz, vapeurs, poussières, aérosols (gouttelettes de salive et d'autres liquides), microbes et autres particules. L'hygiène de l'air intérieur concerne non seulement ces substances mais aussi les conditions climatiques retrouvées à l'intérieur des bâtiments : température, pression atmosphérique, humidité, etc. Un taux d'humidité trop bas peut provoquer des irritations aux muqueuses et favoriser la survie de certains virus. Un taux d'humidité trop élevé peut entraîner la formation de moisissures et favoriser la survie d'autres types de microbes.

L'air intérieur et le milieu de garde

Les problèmes de qualité de l'air dans un service de garde revêtent une importance particulière compte tenu de la présence des enfants. En effet :

  • les enfants étant plus actifs que les adultes (métabolisme, respiration, circulation sanguine plus élevée), ils absorbent rapidement les polluants de l'air, ce qui explique qu'ils soient plus susceptibles de présenter des symptômes respiratoires;
  • le volume des poumons des enfants étant proportionnellement deux fois plus important que celui des adultes, ils ont une plus grande capacité d'expulsion de gouttelettes de sécrétions respiratoires;
  • les enfants possèdent des capacités thermique et de sudation réduites par rapport aux adultes, ce qui rend plus difficile leur adaptation aux changements de température;
  • les particules en suspension étant, par la force de la gravité, plus abondantes au niveau du sol, les enfants sont en contact plus direct avec elles; et
  • le système immunitaire des jeunes enfants étant en plein développement, il est moins efficace pour les protéger contre les infections.

On comprend, dès lors, l'importance de se préoccuper de la qualité de l'air à l'intérieur d'un service de garde afin de minimiser les risques de maladies et de favoriser le développement physique, affectif, intellectuel et social des enfants. Toute amélioration bénéficiera aussi au personnel éducateur et aux familles.

Pour améliorer la qualité de l'air dans un service de garde, il faut s'assurer que le volume d'air soit suffisant pour le nombre d'enfants, que la ventilation soit régulière, que la température soit constante et que l'humidité relative soit maintenue entre 30 et 50 %.

Facteurs, associés à l'air intérieur, qui influencent la fréquence des maladies infectieuses *
  • le nombre de personnes dans la pièce
  • le nombre de personnes infectées produisant des gouttelettes contaminées
  • le nombre de personnes réceptives aux infections
  • l'efficacité de la ventilation
  • la concentration dans l'air des microbes, des particules et des substances potentiellement nocives
  • la survie des microbes dans l'environnement


* infections des voies respiratoires (rhume, sinusite, otite, bronchite, etc.) et infections gastro-intestinales (diarrhée)...

 

Dernière mise à jour :
30 avril 2009