Vous êtes ici Liste d'outils

Article 3

  • Index par numéros
  • Index par sujets
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Centres de la petite enfance et garderies

 
Les enfants qui mordent…


Par Michèle Tremblay, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal

Des études américaines avancent que près de la moitié des enfants seront mordus par un autre enfant au moins une fois pendant une année de fréquentation d’un service de garde à l’enfance. En service de garde, ce sont le plus souvent les enfants de 13 à 30 mois qui mordent. Et c’est au visage et aux bras qu’ils mordent le plus fréquemment. Dans la plupart des cas, il n’y aura que des empreintes de dents, des ecchymoses (des bleus) ou des pétéchies (de petits points rouges). Seulement environ 2 % des morsures entraîneront un bris de la peau. Ce sont ces morsures dont vous devez vous inquiéter, même si elles ne s’infectent pas souvent.

Le risque de transmission du virus de l'hépatite B (VHB)

Le virus de l’hépatite B peut, très rarement, être transmis à l’occasion d’une morsure qui provoque un bris de la peau lorsqu’un des deux enfants (celui qui a mordu ou celui qui a été mordu) est infecté par le virus. En effet, l’enfant qui a mordu aura alors du sang de l’enfant mordu dans la bouche; l’enfant mordu est exposé à la salive de l’enfant qui, en mordant, a transpercé sa peau. L’infection au VHB est très rare chez les enfants. La transmission est donc peu probable, à moins que l’on sache que l’enfant mordu ou l’enfant qui a mordu est infecté par le VHB, ou que l’un ou l’autre ait des facteurs de risque d’infection au virus. Actuellement, les jeunes enfants qui ont des facteurs de risque d’infection au virus sont, pour la majorité d’entre eux, vaccinés en très bas âge et avant qu’ils n’aient pu contracter l’infection.

Le risque de transmission du virus de l'hépatite C (VHC)

Dans les services de garde, le risque de transmission du virus de l’hépatite C par une morsure est très faible, à moins que l’on sache que l’enfant qui a mordu ou l’enfant mordu est infecté par le VHC, ou que l’un ou l’autre ait des facteurs de risque d’infection au virus.

Le risque de transmission du virus de l'immunodéficience humaine (VIH)

Dans les services de garde, le risque de transmission du VIH par morsure est pratiquement nul, à moins que l’on sache que l’enfant qui a mordu ou l’enfant mordu est infecté par le VIH.

La conduite à adopter

  • Lorsqu’un enfant est mordu, il faut le rassurer en tout premier lieu.
  • S’il s’agit d’une morsure avec bris cutané (même si ce bris est peu important), il faut :
    • laisser la blessure saigner lentement durant quelques secondes;
    • la nettoyer avec de l’eau et du savon, et éviter d’utiliser une solution irritante contenant de l’alcool ou de l’eau de Javel pour désinfecter la plaie. En effet, une telle solution peut léser les tissus et augmenter le risque d’infection;
    • après avoir mis des gants jetables, retirer les vêtements souillés de sang. Les ranger dans un sac de plastique, fermer le sac et le remettre aux parents;
    • contacter votre CLSC, ou Info-Santé 8-1-1.
  • Il faut aussi aviser les parents des deux enfants en cause. Tous les deux (aussi bien l’enfant qui a mordu que l’enfant mordu) devraient être vus rapidement par un médecin ou aller au CLSC de leur territoire (de l’information est disponible pour tous les intervenants des CLSC et ceux de Montréal ont reçu une formation sur cette problématique dernièrement). Une consultation avec un professionnel de la santé permettra d’évaluer les risques d’infection et de prendre les mesures de prévention et de protection nécessaires. Des prises de sang ainsi que la mise à jour des vaccins contre le tétanos et contre l’hépatite B peuvent être recommandées. Actuellement, le Comité sur l’immunisation du Québec recommande de ne pas vacciner de façon systématique contre l’hépatite B, en cas de morsure, les enfants de moins de neuf ans à faible risque ou non infectés par le virus, autant l’enfant qui a mordu que l’enfant mordu.
  • Il serait utile de rédiger et de consigner au dossier des deux enfants un rapport officiel dans lequel seront notés tous les détails de l’incident (l’heure, les circonstances, le type de blessure, l’endroit du corps où elle a été faite, s’il y a présence de sang, le nom des personnes en cause, etc.).

Si un adulte est mordu par un jeune enfant, les mêmes actions devront être prises (premiers soins, consultation médicale pour l’enfant et l’adulte, rapport d’accident).

Dernière mise à jour :
18 février 2014