Vous êtes ici Liste d'outils

Actualité

Stratégie relative aux services éducatifs offerts aux enfants de 0 à 8 ans

Le ministre Luc Fortin annonce un investissement de 29,3 millions de dollars pour favoriser l’égalité des chances pour tous les enfants
Trois-Rivières, le 28 juin 2018 –  Le gouvernement du Québec investit 29,3 millions de dollars sur cinq ans pour mettre en place des mesures qui favoriseront l’égalité des chances pour tous les enfants et faciliteront l’accès aux services de garde éducatifs à l’enfance aux enfants issus de milieux défavorisés ou vulnérables. Le ministre de la Famille, M. Luc Fortin, en a fait l’annonce aujourd’hui, en compagnie du député de Champlain, M. Pierre Michel Auger, et de la ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de la Mauricie, Mme Julie Boulet.
L’investissement se décline ainsi :

  • 1,5 million de dollars servira à mettre en place des projets pilotes en vue d’offrir des petits déjeuners aux enfants dans les services de garde éducatifs à l’enfance;
  • 20 millions de dollars pour bonifier la mesure exceptionnelle de soutien à l’intégration dans les services de garde éducatifs à l’enfance pour les enfants ayant d’importants besoins;
  • 6,4 millions de dollars pour soutenir financièrement des organismes afin qu'ils puissent joindre les parents des enfants qui ne fréquentent pas de services éducatifs, en particulier ceux de milieux défavorisés et ceux issus de l'immigration, et leur offrir un service éducatif adéquat;
  • 1,4 million de dollars pour renforcer la détection des enfants de 0 à 5 ans vivant en contexte de vulnérabilité ou qui démontrent des difficultés sur le plan de leur développement. À cette fin, le ministère de la Famille conclura notamment une entente avec le ministère de la Santé et des Services sociaux pour la mise en place de mécanismes officiels de collaboration visant la continuité et la fluidité entre le réseau des services de garde éducatifs à l’enfance et le réseau de la santé et des services sociaux.
Ces investissements s’ajoutent aux 2 millions de dollars annoncés en février dernier par le ministre Fortin dans le but d’éliminer, pour certains parents, les frais liés aux sorties éducatives et culturelles organisées par les centres de la petite enfance et les garderies subventionnées.

Rappelons que le 26 mars dernier, le ministre Fortin annonçait 95 millions de dollars pour accroître l’accès aux services de garde éducatifs des enfants issus de milieux défavorisés de toutes les régions du Québec. En effet, les familles prestataires de certains programmes d’aide administrés notamment par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale pourront profiter de 5 jours de garde par semaine sans frais dès janvier 2020 au lieu des 2,5 jours dont ils disposent actuellement. Avec le budget 2018-2019, la bonification de cette exemption a été devancée au mois d’août 2018. Cela représente un investissement gouvernemental additionnel de 3,4 millions en 2018-2019, pour un investissement total récurrent de 20 millions annuellement.

Citations

« Les mesures que nous annonçons aujourd’hui profiteront directement aux tout-petits issus de milieux défavorisés, dont certains sont vulnérables, ainsi qu’aux enfants handicapés ou qui ont des besoins particuliers. Elles nous permettront également de mieux joindre les parents. En soutenant davantage tous les enfants dès le début de leur parcours éducatif, nous faisons en sorte qu’ils soient bien outillés pour développer leur plein potentiel, s’épanouir et réussir. »

Luc Fortin, ministre de la Famille

« C’est un grand plaisir pour moi de participer à cette annonce qui sera grandement bénéfique pour les enfants et les familles de la circonscription de Champlain. Les différentes mesures qui seront mises en œuvre témoignent de la volonté de notre gouvernement de voir à ce que tous les enfants aient des chances égales de se développer et de s’épanouir pleinement. » 

Pierre Michel Auger, député de Champlain

« Les 31,3 millions de dollars annoncés aujourd’hui permettront de donner aux enfants du Québec les mêmes chances de développer leur plein potentiel et d’accompagner leurs parents dans la poursuite de cet objectif. C’est une excellente nouvelle pour les familles de la Mauricie, mais aussi de tout l’ensemble du Québec. »

Julie Boulet, ministre du Tourisme, ministre responsable de la région de la Mauricie et députée de Laviolette 

« Le Club s’est porté volontaire pour ce projet pilote, car ses objectifs cadrent parfaitement avec notre mission : offrir aux enfants une chance égale de réussite éducative et nourrir leur potentiel. Nos actions des 23 dernières années nous ont permis de démontrer l’impact et le rôle crucial du déjeuner chez les enfants d’âge scolaire. Je suis donc convaincu que ce sera bénéfique pour nos tout-petits d’amorcer leur journée par un déjeuner équilibré, servi dans l’environnement inclusif et bienveillant qu’est leur service de garde éducatif. Le Club des petits déjeuners est fier de partager son expertise avec le gouvernement dans le but d’offrir le meilleur à nos enfants! »

Daniel Germain, président-fondateur du Club des petits déjeuners

« Le CQSEPE est fier de mener un projet triennal qui vise à développer des formations et des outils qui permettront l’appropriation des meilleures pratiques pour des interventions pédagogiques toujours plus cohérentes et efficaces auprès des enfants présentant des défis langagiers et comportementaux. »

Francine Lessard, directrice générale du Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance 

Faits saillants


  • Cette aide financière s’inscrit dans l’objectif « Favoriser l’égalité des chances pour tous les enfants » de la Stratégie relative aux services éducatifs offerts aux enfants de 0 à 8 ans : Tout pour nos enfants.
  • Le Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance (CQSEPE) a proposé au ministre de la Famille un projet pilote qui vise à développer une offre de formations et d’outils permettant le rehaussement des interventions pédagogiques et l’appropriation des meilleures pratiques pour les éducatrices et les personnes responsables d’un service de garde en milieu familial (RSG) travaillant auprès des enfants qui présentent des défis langagiers et comportementaux. Ce projet se déroulera dans deux régions et rejoindra près de 305 RSG et 210 intervenantes à la petite enfance.

Haut de la page