Vous êtes ici Liste d'outils

Je suis témoin de gestes d’intimidation

L’intimidation peut se produire n’importe où, à tous les âges : en milieu résidentiel, dans l’autobus, au gymnase, au bureau, dans le cyberespace, etc. De petits gestes anodins en apparence, s’ils se répètent, peuvent devenir de l’intimidation.  

Vous êtes témoin de gestes d’intimidation? Vous pouvez jouer un rôle important pour changer les choses. Il suffit parfois qu’une seule personne s’exprime ou manifeste de la compassion envers la personne intimidée pour briser le cycle de l’intimidation. Par contre, si vous craignez de mettre votre propre sécurité en danger, il peut être plus approprié d’aller chercher de l’aide, de vous grouper avec d'autres témoins ou des personnes de votre entourage pour intervenir ou d’opter pour la dénonciation auprès d’une autorité compétente.

L’important, c’est d’agir. L’inaction vous rend complice de l’auteur des gestes d’intimidation. D’ailleurs, plusieurs auteurs de gestes d’intimidation tirent du pouvoir du fait qu’un public assiste à leurs actions.

Exemples d’actions que vous pouvez accomplir comme témoin :

  • vous rapprocher de la personne ciblée pour qu’elle et l’auteur des gestes intimidants comprennent que c’est la personne victime que vous appuyez;
  • exprimer verbalement votre désaccord à l’auteur, si vous vous sentez capable de le faire;
  • demander aux autres témoins d’agir avec vous;
  • offrir votre aide à la personne victime après l’événement;
  • aviser quelqu’un en position d’autorité;
  • éviter de rire des gestes d’intimidation.

Lorsqu’ils rient, lorsqu’ils appuient ou reprennent les gestes d’intimidation (par exemple en répandant une rumeur, en faisant suivre un texto humiliant ou en cliquant « J’aime » pour appuyer certains dires dénigrant une personne), les témoins y contribuent et en aggravent les conséquences sur les personnes victimes.

Comme témoin, vous pouvez aussi avoir besoin d’aide. Différentes ressources peuvent vous soutenir; n’hésitez pas à recourir à leurs conseils. Ces ressources peuvent également vous éclairer sur la conduite à adopter afin de choisir la bonne intervention, celle qui aidera le plus adéquatement la personne victime. En effet, d’autres problèmes (ex. : violence conjugale, maltraitance) se mêlent parfois à l'intimidation et ces situations peuvent requérir qu’on agisse avec doigté afin d’éviter d’accentuer le problème vécu par la personne victime. Des intervenants spécialisés pourront vous indiquer la meilleure marche à suivre.

Vous pouvez reconnaître une situation d'intimidation lorsque :

  • les personnes qui commettent les gestes cherchent à gagner du pouvoir ou profitent de leur supériorité (en nombre, physique, fondée sur l’âge ou liée au statut social dans le groupe, etc.) pour blesser ou humilier (rapports de force);
  • les auteurs des gestes ont l’intention de nuire ou de faire du mal à l’autre. Il peut s’agir par exemple de la propagation d’une rumeur dans le but de discréditer quelqu’un;
  • les gestes ont des conséquences néfastes chez les personnes qui les subissent. Ces personnes peuvent éprouver de l’anxiété, en venir à éprouver une faible estime de soi ou vivre une importante détresse psychologique;
  • les gestes sont généralement répétitifs. Dans la plupart des cas, c’est la répétition des gestes et des paroles qui crée la détresse de la personne ciblée. Les gestes peuvent être faits de manière répétitive par une même personne ou par plusieurs personnes qui, à tour de rôle, commettent le même geste (ex. : enlever la casquette, pousser, traiter de « pute »). Certains gestes graves peuvent aussi être considérés comme des actes d’intimidation sans avoir un caractère répétitif.

L’intimidation doit être dénoncée, et vous pouvez agir pour y mettre fin. Les témoins ont le pouvoir de contribuer avec succès à faire cesser l’intimidation. Vous devez agir même si vous n’êtes pas la personne visée par les comportements d’intimidation.

Les personnes ciblées par l’intimidation ont des droits. En agissant, de la manière qui vous semble la plus appropriée, vous pouvez les aider à faire respecter ces droits.

Haut de la page

Dernière mise à jour :
6 septembre 2018