Vous êtes ici Liste d'outils

Je suis un intervenant

« En nous amenant à nous mettre à la place de l’autre, l’empathie nous permet de considérer les conséquences de nos interactions sur autrui et donc de privilégier des manières de communiquer positives et respectueuses. L’empathie peut aussi nous donner la motivation d’agir lorsque nous voyons une personne qui subit de la violence. Ainsi, encourager l’empathie chez les jeunes les aide à bâtir des relations saines et positives avec leurs pairs. »

Mémoire présenté par ENSEMBLE pour le respect de la diversité, dans le cadre de la consultation sur la lutte à l’intimidation, novembre 2014, p. 5.

L’intimidation peut se produire dans tous les milieux (milieux municipal ou communautaire, milieux de la santé, de l’éducation, des services sociaux, du loisir, du sport, etc.). Tous les intervenants et intervenantes (professionnels, bénévoles, administrateurs, etc.) qui offrent un soutien direct à la population peuvent donc potentiellement avoir un rôle à jouer dans la promotion de la civilité, la prévention de l’intimidation ou l’intervention, et ce, quelle que soit la clientèle desservie (personnes handicapées, personnes aînées, membres des minorités ethnoculturelles, etc.). 

Les différentes consultations menées par le Gouvernement du Québec en 2014 et 2015 ont mis en relief une variété de pistes d’intervention, dont certaines sont proposées ici au bénéfice de tous ceux et celles qui travaillent auprès de la population.

Pistes d’intervention pour les intervenantes et intervenants

  • Promouvoir les comportements prosociaux, les civilités et le respect de la diversité, puisque l’intimidation prend souvent racine dans les préjugés ou l’intolérance à la différence.
  • Pour les très jeunes enfants, notamment les enfants qui fréquentent les services de garde éducatifs, axer les interventions sur la prévention par l’adoption de comportements empathiques, coopératifs et prosociaux, puisqu’à cet âge, il ne saurait être question d’intimidation.
  • Prendre conscience de ses propres comportements et du modèle que, comme adulte, on donne aux autres, notamment aux plus jeunes.
  • Convenir collectivement, dans chaque milieu, des comportements à adopter pour favoriser le civisme et entretenir des relations harmonieuses.
  • Établir les rôles et responsabilités de chacun pour intervenir si, malgré tout, des cas se produisaient.
  • S’informer auprès de la personne ciblée des effets qu’ont sur elle les gestes observés. Il y a intimidation seulement si la personne visée par les gestes en est affectée. Autrement, la tentative d’intimidation a échoué. Il demeure néanmoins important d’intervenir auprès de l’auteur du geste pour éviter qu’il ne s’en prenne à d’autres cibles ou que, à force de répéter son geste, il ne réussisse à atteindre la personne visée.
  • Développer l’estime de soi et la capacité à s’affirmer des personnes victimes ou ciblées, afin de mettre fin à l’intimidation en cours ou de les aider à se protéger de gestes éventuels.
  • Sensibiliser les témoins à l’importance de leur rôle et à l’influence qu’ils peuvent avoir pour faire cesser les actes auxquels ils assistent.
  • Être attentif à ce que le témoin qui a agi ne devienne pas à son tour la cible d’intimidation à la suite de son intervention.
  • Sensibiliser immédiatement l’auteur de gestes ou de paroles potentiellement intimidants à leur portée potentielle, au danger d’affecter la personne ciblée et aux conséquences de l’intimidation.
  • Proposer des comportements de remplacement aux auteurs.
  • Apporter un soutien adapté aux caractéristiques de chaque clientèle, moduler l’approche selon les besoins particuliers. Par exemple, pour certaines personnes handicapées ou autistes, il peut s’agir d’aider la personne à reconnaître les situations d’intimidation, qu’elle n’est peut-être pas toujours en mesure de comprendre.
  • Déclarer aux autorités compétentes en la matière, comme la direction de l’établissement ou le service de police, les gestes d’intimidation présentant une composante criminelle, par exemple le vol ou la violence.

Haut de la page

Dernière mise à jour :
13 janvier 2017