Vous êtes ici Liste d'outils

Cyberintimidation

Les comportements associés à la cyberintimidation se manifestent dans le cyberespace, un environnement dans lequel les rapports à l’espace et au temps sont différents. L’univers de possibilités qu’offre le numérique, notamment un auditoire presque illimité et des interactions spontanées en temps réel, influe sur les relations interpersonnelles. De plus, l’impression d’anonymat et l’impulsivité peuvent conduire à une utilisation inadéquate du numérique et engendrer la cyberintimidation. En effet, l’anonymat peut dans certains cas faire naître un sentiment de force chez la personne qui pose les gestes de cyberintimidation. L’inégalité des rapports de force peut aussi reposer sur le fait d'avoir de meilleures connaissances de l’informatique pour la personne qui commet les actes de cyberintimdation ou de ne pas avoir de moyens de se défendre pour la victime.

Comme les autres formes d’intimidation, la cyberintimidation ne résulte pas toujours d’une intention nuisible, malveillante ou délibérée, mais peut entraîner des effets imprévisibles allant au-delà des capacités des personnes en cause à les gérer. En effet, dans le cyberespace, un seul acte peut être relayé indéfiniment, multiplié instantanément de façon exponentielle, et ce, dans un environnement accessible à un nombre extraordinairement élevé de personnes. Il devient alors difficile de se défendre pour la victime.

Des exemples de situations de cyberintimidation :

  • Envoyer des courriels ou des messages textes blessants ou menaçants ou afficher ce genre de commentaires sur la page de réseau social d’une personne.
  • Faire circuler des rumeurs, des secrets ou des potins embarrassants au sujet d’une personne sur les réseaux sociaux, dans des courriels ou dans des messages textes.
  • Prendre une photo d’une personne ou filmer une vidéo embarrassante d’elle à l’aide d’une caméra numérique et l’envoyer à d’autres personnes ou l’afficher sur Internet à son insu ou sans sa permission.
  • Partager par courriel ou sur les réseaux sociaux une photo intime de son ex-partenaire sans avoir obtenu son consentement.
  • Utiliser le mot de passe d’une autre personne pour accéder à son compte de réseau social et y afficher des contenus embarrassants ou choquants.
  • Diffuser des renseignements sur une personne (coordonnées téléphoniques, adresse) dans le but que des gens s’en prennent à elle ou, du moins, que son sentiment de sécurité soit affecté.
  • Créer des sondages sur Internet et « coter » les personnes de façon négative et blessante.

Il existe diverses ressources auxquelles vous pouvez avoir recours, que vous soyez un parent, un enseignant, un jeune, un adulte ou une personne aînée.

Lorsque nécessaire, les lois actuelles permettent aussi d’agir pour faire cesser divers comportements.

Haut de la page

Dernière mise à jour :
23 février 2021