Vous êtes ici Liste d'outils

Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance

Version administrative - Première page
L.R.Q., chapitre S-4.1.1
Février 2010

TABLE DES MATIÈRES


Mise en garde : La version administrative de la Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance doit être considérée comme un document de consultation administrative et non comme un document à caractère juridique. Elle ne doit en aucune façon être considérée comme un remplacement ni comme une interprétation de la Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance ou des dispositions des règlements s'y rapportant.

Les droits d'auteur pour ce document appartiennent au ministère de la Famille et des Aînés, et nul ne peut notamment reproduire, adapter, publier, traduire ou communiquer au public par télécommunication ce document en totalité ou en partie sans l'autorisation expresse du ministère de la Famille et des Aînés.


Note au lecteur

La Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance (L.R.Q., c. S-4.1.1) a été adoptée le 16 décembre 2005. Elle a pour objet, entre autres, de promouvoir la qualité des services de garde éducatifs fournis par les prestataires de services de garde qui y sont visés, en vue d'assurer la santé, la sécurité, le développement, le bien-être et l'égalité des chances des enfants qui reçoivent ces services, notamment ceux qui présentent des besoins particuliers ou qui vivent dans un contexte de précarité socio-économique. Certains des articles de cette loi ont été modifiés lors de l'entrée en vigueur, le 19 juin 2009, de la Loi sur la représentation de certaines personnes responsables d'un service de garde en milieu familial et sur le régime de négociation d'une entente collective les concernant et modifiant diverses dispositions législatives.

Le présent document a été créé dans le but d'attirer l'attention du lecteur sur le contenu même des dispositions législatives, les objectifs poursuivis et, lorsque c'est pertinent, la position adoptée par le ministre de la Famille et des Aînés et les implications qui en découlent à la date de publication du présent document ou à la date de sa mise à jour. Dans ces circonstances, il est donc possible que la position adoptée relativement à certaines dispositions de la loi évolue dans le temps.

Précisons en terminant que le texte officiel de la loi en vigueur prévaut en toutes circonstances et que les renseignements contenus dans le présent document ne constituent pas une interprétation de la Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance ou des règlements adoptés en vertu de cette loi.

Dans ce document, la forme masculine désigne, lorsqu'il y a lieu, aussi bien les femmes que les hommes. L'emploi du masculin a pour but de faciliter la lecture du texte.

 


CHAPITRE I
DISPOSITIONS GÉNÉRALES

SECTION I
CHAMP D'APPLICATION ET INTERPRÉTATION

LA LOI
Article 1. La présente loi a pour objet de promouvoir la qualité des services de garde éducatifs fournis par les prestataires de services de garde qui y sont visés en vue d'assurer la santé, la sécurité, le développement, le bien-être et l'égalité des chances des enfants qui reçoivent ces services, notamment ceux qui présentent des besoins particuliers ou qui vivent dans des contextes de précarité socio-économique.

Elle a également pour objet de favoriser le développement harmonieux de l'offre de services de garde en tenant compte des besoins des parents, notamment en facilitant la conciliation de leurs responsabilités parentales et professionnelles, ainsi que de leur droit de choisir le prestataire de services de garde.

2005, c. 47, a. 1.


LA LOI
Article 2. La présente loi s'applique aux centres de la petite enfance, aux garderies et aux personnes reconnues à titre de responsable d'un service de garde en milieu familial ainsi qu'aux bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial agréés par le ministre.

Elle ne s'applique pas :

1° à une personne qui offre ou fournit des services de garde organisés dans un établissement de santé ou de services sociaux, un établissement commercial, une foire, une exposition ou lors d'un événement particulier afin d'assurer la garde occasionnelle d'enfants dont les parents sont sur les lieux et peuvent être joints au besoin;

2° à une personne qui exploite un camp de jour ou de vacances;

3° à une commission scolaire ou à un établissement d'enseignement privé qui fournit un service de garde en milieu scolaire au sens de la Loi sur l'instruction publique (chapitre I-13.3) ou de la Loi sur l'enseignement privé (chapitre E-9.1);

4° à un organisme public ou communautaire qui, dans le cadre de sa mission, offre un soutien et un accompagnement aux familles ou qui, dans le cadre d'une intervention spécifique auprès de parents ou d'enfants organise, à ces fins, la garde temporaire d'enfants.

2005, c. 47, a. 2.


LA LOI
Article 3. Pour l'application de la présente loi et à moins que le contexte n'indique un sens différent :

1° est assimilée à un parent la personne qui assume de fait la garde de l'enfant, sauf en cas d'opposition du titulaire de l'autorité parentale;

2° est une personne liée à une autre :

a) son conjoint, son enfant ou l'enfant de son conjoint, son père ou sa mère, son oncle ou sa tante, son frère ou sa sœur ainsi que leurs conjoints;

b) la personne à laquelle elle est associée ou la société de personnes dont elle est un associé;

c) la personne morale qu'elle contrôle ou qui est contrôlée par une personne visée au sous-paragraphe a;

d) la personne morale dont elle détient 10 % ou plus des droits de vote rattachés aux actions que cette personne morale a émises ou 10 % ou plus de telles actions;

e) la personne morale dont elle est un administrateur ou un dirigeant.

2005, c. 47, a. 3.


Commentaire

« Parent »

  • La personne responsable d'une famille d'accueil qui assume la garde d'un enfant est assimilée à un parent.
2007-04-20


SECTION II
SERVICES DE GARDE

LA LOI
Article 4. Tout enfant a le droit de recevoir, jusqu'à la fin de l'enseignement primaire, des services de garde éducatifs personnalisés de qualité.

Ce droit s'exerce en tenant compte de l'organisation et des ressources des prestataires de services de garde et des bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial agréés ainsi que du droit du prestataire de services d'accepter ou de refuser de recevoir un enfant, des règles relatives aux subventions et de la priorité donnée aux enfants de la naissance jusqu'à leur admission à l'éducation préscolaire.

2005, c. 47, a. 4.


Commentaires

« Droit »

  • Comme les enfants ont droit à des services de garde personnalisés, ceux qui présentent des difficultés comportementales ne peuvent être systématiquement exclus des services de garde. Par exemple, il n'est pas exceptionnel qu'un jeune enfant morde; il est du rôle du prestataire de services de garde de l'amener à respecter des règles et à résoudre des conflits.

« Âge de l'enfant »

  • La limite de la fréquentation d'un service de garde par un enfant correspond à la fin de son primaire. En ce sens, l'âge de la fin de fréquentation pourra varier selon qu'il complétera son primaire plus rapidement ou plus tardivement que la moyenne.
  • L'organisation des groupes d'enfants doit se faire en tenant compte, notamment, des ratios prévus au Règlement et de l'infrastructure et des ressources dont le prestataire de services de garde dispose.
2007-04-20


« Choix »

  • Le droit du prestataire de services de garde de choisir sa clientèle s'exerce en tenant compte de la Charte des droits et libertés de la personne, qui interdit la discrimination, mais en tenant compte également, des caractéristiques et des aménagements des installations où sont reçus les enfants et des capacités et aptitudes des personnes qui interagissent avec eux.

    Article 10 Charte des droits et libertés de la personne du Québec

    « Toute personne a droit à la reconnaissance et à l'exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, la grossesse, l'orientation sexuelle, l'état civil, l'âge sauf dans la mesure prévue par la loi, la religion, les convictions politiques, la langue, l'origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l'utilisation d'un moyen pour pallier ce handicap.

    Il y a discrimination lorsqu'une telle distinction, exclusion ou préférence a pour effet de détruire ou de compromettre ce droit. »

  • Les prestataires de services de garde, notamment les installations mises sur pied dans des milieux de travail, peuvent donner une priorité d'accès à une clientèle particulière, comme les enfants handicapés. D'autres considérations peuvent prévaloir pour donner un accès privilégié à un enfant plutôt qu'à un autre, par exemple la fratrie, un enfant du personnel du service de garde ou encore le groupe d'âge.
2010-02-15
  • La responsable d'un service de garde en milieu familial peut créer sa propre liste d'attente.
2007-04-20

LA LOI
Article 5. Afin d'assurer la prestation de services de garde éducatifs, le prestataire de services de garde applique un programme éducatif comportant des activités qui ont pour buts :

1° de favoriser le développement global de l'enfant en lui permettant de développer toutes les dimensions de sa personne notamment sur le plan affectif, social, moral, cognitif, langagier, physique et moteur;

2° d'amener progressivement l'enfant à s'adapter à la vie en collectivité et de s'y intégrer harmonieusement.

Le programme éducatif comprend également des services de promotion et de prévention visant à donner à l'enfant un environnement favorable au développement de saines habitudes de vie, de saines habitudes alimentaires et de comportements qui influencent de manière positive sa santé et son bien-être.

Il peut aussi comprendre tout autre élément ou service que le ministre détermine.

2005, c. 47, a. 5.


Document pertinent

Accueillir la petite enfance – Programme éducatif des services de garde du Québec (PDF, 2,56 Mo)


Commentaires

« Programme éducatif »

  • Il importe de bien distinguer le programme éducatif de ses différentes applications (par exemple : Jouer, c'est magique). Chaque prestataire de services de garde peut ainsi retenir les applications de son choix, dans la mesure où celles-ci respectent les objectifs du programme éducatif.
  • Les activités offertes par le prestataire de services de garde doivent s'inscrire dans son programme éducatif.
2007-04-20

LA LOI
Article 6. Nul ne peut offrir ou fournir des services de garde à plus de six enfants s'il n'est titulaire d'un permis de centre de la petite enfance ou de garderie ou s'il n'est reconnu à titre de responsable d'un service de garde en milieu familial par un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial agréé.

2005, c. 47, a. 6.


Commentaires

« Assujettissement »

  • Sous réserve des dispositions de l'article 2, cette obligation s'applique peu importe que la garde soit assumée de façon régulière, occasionnelle ou à temps partiel par un prestataire de services de garde.
  • La personne qui exploite un jardin d'enfants doit détenir un permis de garderie, sauf dans le cas prévu à l'article 153 de la Loi, qui prévoit que l'article 6 ne s'applique pas à la personne qui exploite un jardin d'enfants et qui établit que, le 25 octobre 2005, elle exploitait ce jardin d'enfants.

« Jardin d'enfants »

  • Établissement qui fournit des services de garde éducatifs dans une installation où l'on reçoit, de façon régulière et pour une période qui n'excède pas quatre heures par jour, en groupe stable, au moins sept enfants âgés de deux à cinq ans auxquels on offre des activités se déroulant sur une période fixe.
2007-04-20


CHAPITRE II
CENTRES DE LA PETITE ENFANCE ET GARDERIES

SECTION I
PERMIS

LA LOI
Article 7. Le ministre peut délivrer un permis de centre de la petite enfance à une personne morale à but non lucratif ou à une coopérative dont le conseil d'administration est composé de la façon suivante :

1° il comprend au moins sept membres;

2° au moins les deux tiers des membres sont des parents usagers ou futurs usagers des services fournis par le centre;

3° au moins un membre est issu du milieu des affaires ou du milieu institutionnel, social, éducatif ou communautaire;

4° au plus deux membres font partie du personnel du centre;

5° aucun membre n'est lié à un autre membre.

Un membre visé aux paragraphes 2° et 3° ne peut être un membre du personnel du centre, ni une personne liée à ce dernier.

L'interdiction concernant les personnes liées ne s'applique pas à un conseil d'administration composé d'autochtones pour l'établissement ou l'exploitation d'un centre sur un territoire autochtone.

Le gouvernement peut établir des règles concernant l'élection des membres du conseil d'administration, son fonctionnement et le contenu de son règlement intérieur.

2005, c. 47, a. 7.


Commentaires

« Composition du conseil d'administration »

  • La loi prévaut sur toute convention collective.
  • Les membres du conseil d'administration doivent être élus par l'assemblée générale des membres de la personne morale.
  • Toutes les catégories de membres du conseil d'administration sont mutuellement exclusives. Ainsi, une personne ne peut siéger en même temps à titre de parent usager et à titre de membre issu du milieu des affaires ou du milieu institutionnel, social, éducatif ou communautaire.
  • Le membre du conseil d'administration issu du milieu des affaires ou du milieu institutionnel, social, éducatif ou communautaire siège à titre individuel et non à titre de représentant d'une organisation.
  • Deux conjoints ou parents d'un même enfant ne peuvent siéger ensemble au conseil d'administration, car ce sont des personnes liées.
  • Le pouvoir prévu au dernier alinéa s'est concrétisé dans les articles 27 et 28 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l'enfance, lesquels prévoient que la présidence du conseil d'administration d'un titulaire de permis de centre doit être assumée par un membre parent usager et que les décisions du conseil d'administration, pour être valables, doivent être prises par une majorité de parents usagers.
  • Les différentes compositions des conseils d'administration sont illustrées dans le tableau placé en annexe.
2007-04-20

LA LOI
Article 8. Le demandeur d'un permis de centre de la petite enfance doit aussi satisfaire aux conditions suivantes :

1° il s'engage à fournir des services de garde éducatifs dans une ou plusieurs installations;

1.1° il s'engage à assurer la santé, la sécurité et le bien-être des enfants qu'il reçoit;

2° il se voit octroyer des subventions par le ministre;

3° il n'est titulaire d'aucun autre permis délivré en vertu de la présente loi;

4° il verse les droits et remplit les autres conditions déterminées par règlement.

2005, c. 47, a. 8 ; 2009, c. 36, a. 73.


Commentaire

« Nombre d'installations »

  • Le centre de la petite enfance peut compter plusieurs installations.
2007-04-20

LA LOI
Article 9. (Abrogé).

2005, c. 47, a. 1; 2009, c. 36, a .74.


LA LOI
Article 10. Le ministre peut refuser de délivrer un permis de centre de la petite enfance s'il estime que la demande de permis ne répond pas aux besoins et priorités qu'il détermine en considérant, notamment, les permis déjà délivrés, les demandes de permis et autres demandes d'autorisation faites en application de l'article 21 en attente d'une décision, ainsi que de la disponibilité de subventions et de la pertinence de subventionner le demandeur d'un permis dans le territoire d'implantation projeté.

Toutefois, le ministre ne peut délivrer un tel permis à un établissement d'enseignement privé au sens de la Loi sur l'enseignement privé (chapitre E-9.1).

Afin de permettre la mise en œuvre d'une entente conclue entre le gouvernement et une communauté mohawk, le ministre peut également délivrer un tel permis à un organisme à but non lucratif autre que ceux visés à l'article 7, pourvu que la direction en soit assurée de la manière prévue à cet article.

2005, c. 47, a. 10.


LA LOI
Article 11. Le ministre peut délivrer un permis de garderie à toute personne qui satisfait aux conditions suivantes :

1° elle s'engage à fournir aux enfants des services de garde éducatifs dans une seule installation;

1.1° elle s'engage à assurer la santé, la sécurité et le bien-être des enfants qu'elle reçoit;

2° elle remplit les autres conditions prévues par règlement;

3° elle verse les droits déterminés par règlement.

Toutefois, le ministre ne peut délivrer un tel permis à une commission scolaire ou à une municipalité.

Pour l'application du présent article, un conseil de bande autochtone est assimilé à une personne morale.

2005, c. 47, a. 11; 2009, c. 36, a. 75.


Commentaire

« Nombre d'installations »

  • La garderie ne peut compter qu'une seule installation, mais une même personne peut être titulaire de plus d'un permis de garderie.
2007-04-20

LA LOI
Article 12. Le permis indique :

1° le nom et l'adresse de son titulaire;

2° l'adresse de chacune des installations où les enfants sont reçus;

3° le nombre maximum d'enfants qui peuvent être reçus dans chacune des installations;

4° le nombre maximum d'enfants par classe d'âge ou classes d'âge regroupées qui peuvent être reçus dans chacune des installations;

5° le cas échéant et si ce nombre est différent de celui prévu au paragraphe 3°, le nombre de places pour lesquelles des services de garde sont subventionnés.

2005, c. 47, a. 12; 2009, c. 36, a. 76.


Commentaire

« Éléments du permis »

  • Dorénavant, le permis distingue, sur demande écrite du titulaire de permis, le nombre maximal d'enfants qui peuvent être reçus, selon la capacité des locaux, du nombre de places subventionnées qui lui a été imparti. (Voir les articles 29 à 44 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l'enfance pour les éléments à prendre en compte pour établir la capacité des locaux.)
2007-04-20

LA LOI
Article 13. Le titulaire d'un permis ne peut recevoir plus d'enfants dans une installation que le nombre indiqué à son permis, ni les recevoir pour des périodes excédant 48 heures consécutives.

De même, il ne peut recevoir des enfants d'autres classes d'âge que celles indiquées à son permis, ni recevoir plus d'enfants pour chaque classe ou pour plusieurs classes regroupées que le nombre indiqué au permis.

2005, c. 47, a. 13.


Commentaire

« Limite de temps de garde »

  • La responsable d'un service de garde en milieu familial n'est pas soumise à la limite de 48 heures imposée par cet article au titulaire d'un permis de centre de la petite enfance ou de garderie.
2007-04-20

LA LOI
Article 14. Le titulaire d'un permis doit se conformer aux normes établies par la présente loi et transmettre au ministre, lorsque requis par règlement, un certificat établissant qu'il se conforme à ces normes.

Le gouvernement peut, par règlement, déterminer les normes à l'égard desquelles un certificat est exigé, la forme du certificat, les renseignements qu'il doit contenir et le moment où il doit être transmis.

2005, c. 47, a. 14.


Commentaire

« Certificat »

  • La remise d'un certificat attestant la conformité de l'aire extérieure de jeu et des équipements de jeu qui s'y trouvent est exigée par l'article 41 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l'enfance.
2007-04-20

LA LOI
Article 15. Seul le titulaire d'un permis délivré par le ministre peut utiliser un nom comportant l'expression « centre de la petite enfance » ou « garderie ».

2005, c. 47, a. 15.


LA LOI
Article 16. Le titulaire de permis doit fournir ses services de garde à l'adresse indiquée à son permis, sauf lors de sorties organisées pour les enfants.

Toutefois, le titulaire de permis peut, avec l'autorisation du ministre et pour une période déterminée, fournir ses services de garde ailleurs qu'à cette adresse, s'il établit :

1° qu'il ne peut, dans des circonstances qui ne dépendent pas de son contrôle, fournir les services dans l'installation indiquée à son permis;

2° que la situation est temporaire;

3° que le local qu'il propose d'occuper assure la santé et la sécurité des enfants qui y seront reçus.

2005, c. 47, a. 16.


LA LOI
Article 17. Le titulaire de permis doit aviser le ministre par écrit, dans les 15 jours, d'un changement de nom, de domicile et, dans le cas d'une personne morale, d'un changement d'administrateur.

À l'égard d'un nouvel administrateur, il doit fournir les renseignements exigés par règlement.

2005, c. 47, a. 17.


Commentaires

« Renseignements exigés »

  • Voir l'article 6 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l'enfance, lequel traite de la remise d'une attestation d'absence d'empêchement ou d'une déclaration de renseignements pouvant révéler un empêchement.
  • De même, suivant l'article 11 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l'enfance, le titulaire de permis doit fournir le nom et l'adresse de résidence de chaque membre du conseil d'administration et préciser sa qualité de dirigeant de la personne morale s'il en est un.
2007-04-20

LA LOI
Article 18. Le demandeur d'un permis doit transmettre au ministre pour approbation les plans des locaux de toute installation où il envisage de fournir des services de garde.

Il en est de même du titulaire de permis qui désire modifier une installation, en adjoindre une nouvelle ou en changer définitivement l'emplacement.

Ces plans sont signés et scellés par un architecte ou tout autre professionnel habilité à le faire.

2005, c. 47, a. 18.


LA LOI
Article 19. Dans les 60 jours de la réception des plans, le ministre rend sa décision. Il refuse d'approuver les plans si les locaux ou les modifications projetés n'apparaissent pas conformes aux normes établies par règlement.

2005, c. 47, a. 19.


LA LOI
Article 20. Le titulaire d'un permis doit s'assurer que les locaux ainsi que les modifications effectuées sont en tout temps conformes aux plans approuvés et aux normes établies par règlement.

2005, c. 47, a 20.


LA LOI
Article 21. Le titulaire d'un permis de centre de la petite enfance qui désire augmenter le nombre maximum d'enfants indiqué à son permis, modifier une installation, en adjoindre une nouvelle ou en changer définitivement l'emplacement doit obtenir au préalable l'autorisation écrite du ministre.

Le ministre peut refuser son autorisation s'il estime que le changement proposé ne répond pas aux besoins et priorités qu'il détermine en considérant, notamment, les permis déjà délivrés, les demandes de permis et les autres demandes d'autorisation faites en application du premier alinéa à l'égard desquelles il n'a pas rendu de décision ainsi que la disponibilité de subventions et la pertinence de subventionner, sur le territoire visé, le titulaire de permis.

2005, c. 47, a. 21.


LA LOI
Article 22. Le titulaire d'un permis doit l'afficher dans chacune de ses installations en un lieu accessible à tous et visible en tout temps.

2005, c. 47, a. 22.


SECTION II
DURÉE ET RENOUVELLEMENT DES PERMIS

LA LOI
Article 23. Le permis est délivré ou renouvelé pour cinq ans ou pour une période plus courte si le ministre le juge utile.

Si le ministre n'a pas décidé d'une demande de renouvellement d'un permis à sa date d'expiration, ce permis demeure en vigueur jusqu'à ce qu'une décision soit prise, sans excéder 120 jours.

2005, c. 47, a. 23.


LA LOI
Article 24. Les conditions prévues aux articles 7, 8, 9 et 11 s'appliquent en cas de modification ou de renouvellement d'un permis.

2005, c. 47, a. 24.


LA LOI
Article 25. Le titulaire d'un permis ne peut le céder.

2005, c. 47, a. 25.


Commentaire

« Obtention d'un permis »

  • En cas de fusion d'entités, une nouvelle personne morale naît. Les entités fusionnées n'ayant plus d'existence légale, elles ne peuvent être titulaires de permis. Il est donc nécessaire de délivrer un permis à cette nouvelle personne morale.
2007-04-20


SECTION III
REFUS DE DÉLIVRANCE OU DE RENOUVELLEMENT, SUSPENSION ET RÉVOCATION DU PERMIS

LA LOI
Article 26. Le ministre peut refuser de délivrer un permis si :

1° le demandeur est incapable d'assurer la santé, la sécurité ou le bien-être des enfants auxquels il veut fournir des services de garde;

2° le demandeur ou un de ses administrateurs a ou a déjà eu un comportement pouvant raisonnablement faire craindre pour la sécurité physique ou morale des enfants auxquels il veut fournir des services de garde;

3° le demandeur ou un de ses administrateurs est accusé ou a été déclaré coupable d'une infraction ou d'un acte criminels ayant un lien avec les aptitudes requises et la conduite nécessaire pour la tenue d'un centre de la petite enfance ou d'une garderie;

4° le demandeur ou un de ses administrateurs a été déclaré coupable, dans les deux ans précédant la demande, d'une infraction à l'article 6;

5° le demandeur ou un de ses administrateurs a déjà été titulaire d'un permis révoqué ou non renouvelé en vertu des paragraphes 4°, 5° ou 6° de l'article 28 au cours des trois années précédant la demande;

6° le demandeur a fait une fausse déclaration ou a dénaturé un fait important lors de la demande de permis.

2005, c. 47, a. 26.


LA LOI
Article 27. Tout corps de police du Québec est tenu de fournir les renseignements exigés par règlement et nécessaires à l'établissement de l'existence de tout empêchement visé aux paragraphes 2° et 3° de l'article 26.

La recherche porte sur toute inconduite à caractère sexuel, toute omission de fournir les choses nécessaires à la vie et toute conduite criminelle d'un véhicule à moteur, sur tout comportement violent, acte de négligence criminelle et fraude ainsi que sur tout vol, incendie criminel et délit relatif aux drogues et stupéfiants.

Aux fins de l'appréciation de ces empêchements, le ministre constitue un comité chargé de le conseiller, composé de personnes ayant un intérêt marqué pour la protection des enfants ou une expertise ou de l'expérience en la matière.

2005, c. 47, a. 27.


LA LOI
Article 28. Le ministre peut suspendre, révoquer ou refuser de renouveler le permis du titulaire qui :

1° commet ou autorise une infraction à la présente loi, consent ou participe à son accomplissement;

2° cesse de remplir les conditions de délivrance du permis;

3° ne peut établir l'absence de tout empêchement visé aux paragraphes 2° et 3° de l'article 26;

4° fait une fausse déclaration ou dénature un fait important lors de la demande de délivrance ou de renouvellement d'un permis ou dans un document ou un renseignement requis par le ministre;

5° s'adonne à des pratiques ou tolère une situation susceptible de compromettre la santé, la sécurité et le bien-être des enfants à qui il fournit des services de garde;

6° cesse ses activités sans s'être au préalable conformé à l'article 30;

7° refuse ou néglige de se conformer à un avis de non-conformité donné en vertu de l'article 65;

8° refuse ou néglige de payer au ministre une somme qui lui est due.

2005, c. 47, a. 28.


LA LOI
Article 29. Avant de refuser de délivrer ou de renouveler un permis, de le suspendre ou de le révoquer, le ministre avise par écrit le demandeur ou le titulaire et lui accorde un délai d'au moins 10 jours pour présenter ses observations.

Le ministre communique sa décision motivée par écrit.

2005, c. 47, a. 29.


LA LOI
Article 30. Le titulaire de permis qui prévoit cesser ses activités doit en aviser par écrit le ministre et les cesse conformément aux conditions prévues par règlement.

Le permis est alors révoqué à la date prévue dans l'avis.

2005, c. 47, a. 30.


Commentaire

« Cessation des activités »

  • Suivant l'article 17 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l'enfance, le titulaire de permis doit, avant de cesser ses activités, en aviser par écrit le ministre ainsi que les parents des enfants qui fréquentent le centre de la petite enfance ou la garderie au moins 90 jours à l'avance.
2007-04-20


SECTION IV
COMITÉ CONSULTATIF DE PARENTS

LA LOI
Article 31. Le titulaire d'un permis de garderie doit former dans son installation un comité de parents composé de cinq parents élus par et parmi les parents usagers autres que lui-même, un membre de son conseil d'administration, de son personnel et une personne qui leur est liée.

Toutefois, le titulaire de permis n'est pas tenu de former ce comité lorsque son conseil d'administration est composé majoritairement de parents usagers des services qui répondent aux exigences prévues au premier alinéa.

2005, c. 47, a. 31 ; 2009, c. 36, a. 77.


Commentaire

« Nombre d'installations »

  • Un titulaire de permis de garderie ne peut avoir qu'une seule installation, et ce, en vertu du premier paragraphe de l'article 11.

« Composition »

  • Si le comité consultatif réunit plus de cinq membres, tous doivent être des parents usagers.

« Destitution »

  • La loi ne donne aucun pouvoir au titulaire de permis pour destituer les membres d'un comité de parents.
2007-04-20

LA LOI
Article 32. Le titulaire de permis consulte le comité de parents sur tous les aspects touchant la garde des enfants reçus à la garderie, notamment sur :

1° l'application du programme éducatif;

2° l'acquisition et l'utilisation du matériel éducatif et de l'équipement;

3° la localisation ou le changement de localisation de l'installation;

4° l'aménagement et l'ameublement;

5° les services fournis;

6° le traitement des plaintes.

2005, c. 47, a. 32.


Commentaire

« Rôle consultatif »

  • Le comité consultatif de parents, comme son nom l'indique, a un rôle consultatif sur chacun des éléments mentionnés dans cet article. Il doit notamment être consulté sur la façon dont le titulaire de permis entend traiter les plaintes.
2007-04-20

LA LOI
Article 33. Le titulaire de permis doit convoquer par écrit tous les parents usagers à une assemblée pour l'élection de leurs représentants.

Cette assemblée est tenue dans les trois mois de la délivrance du permis et, par la suite, chaque année avant le 15 octobre.

2005, c. 47, a. 33.


LA LOI
Article 34. Le comité de parents choisit un président et un secrétaire parmi ses membres. Le président dirige les réunions du comité et le secrétaire rédige les procès-verbaux.

Le titulaire de permis doit s'assurer que le comité se réunit au moins quatre fois par année. Le quorum est de trois membres.

Lorsque survient une vacance, le titulaire de permis convoque une réunion pour la combler.

2005, c. 47, a. 34.


Commentaires

« Démission »

  • Advenant la démission d'un ou de plusieurs membres du comité de parents, le titulaire doit convoquer tous les parents usagers à une assemblée pour qu'ils élisent de nouveaux représentants.

« Rencontre du comité de parents »

  • Le comité de parents peut également prendre l'initiative de se rencontrer au besoin.
2007-04-20

LA LOI
Article 35. Le comité de parents se dote d'un règlement intérieur.

Le gouvernement peut, par règlement, édicter des règles de fonctionnement d'un comité de parents.

2005, c. 47, a. 35.


Commentaire

« Règlement intérieur »

  • Le comité de parents se dote de règles de fonctionnement.
2007-04-20

LA LOI
Article 36. Le titulaire de permis informe, par écrit, tous les parents usagers du nom des membres du comité de parents.

2005, c. 47, a. 36.


LA LOI
Article 37. Le titulaire de permis doit convoquer une réunion du comité de parents par un avis écrit d'au moins 10 jours aux membres, indiquant la date, l'heure, le lieu de la réunion ainsi que les sujets qui y seront traités. Cet avis est aussi transmis aux parents.

2005, c. 47, a. 37.


LA LOI
Article 38. Le titulaire de permis doit conserver pendant cinq ans, dans l'installation, les documents relatifs au comité de parents.

2005, c. 47, a. 38.


LA LOI
Article 39. Aucun membre d'un comité de parents ne peut être poursuivi en justice pour un acte accompli de bonne foi dans l'exercice de ses fonctions.

2005, c. 47, a. 39.


CHAPITRE III
SERVICES DE GARDE EN MILIEU FAMILIAL

SECTION I
BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL


§ 1. — Fonctions d'un bureau coordonnateur

LA LOI
Article 40. Un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial est un titulaire de permis de centre de la petite enfance ou une personne morale à but non lucratif autre qu'un titulaire de permis de garderie, agréé par le ministre, pour exercer les fonctions prévues à l'article 42.

Dans l'exercice de ses fonctions, le bureau coordonnateur doit agir dans le respect du statut de travailleuse autonome des personnes responsables d'un service de garde en milieu familial qu'il reconnaît et conformément aux directives et instructions du ministre.

Il doit également participer, en collaboration avec les responsables d'un service de garde en milieu familial de son territoire et les associations les représentant, à la promotion de la qualité des services offerts en milieu familial et à la promotion de la formation et du perfectionnement des responsables d'un service de garde en milieu familial.

2005, c. 47, a. 40; 2009, c. 36, a. 78.


LA LOI
Article 40.1. Sous réserve de l'article 40.2, pour être agréée à titre de bureau coordonnateur, la personne morale doit avoir un conseil d'administration composé de la manière suivante :

1° il compte au moins cinq membres;

2° la majorité de ses membres sont des parents utilisateurs des services de garde offerts par les personnes responsables d'un service de garde en milieu familial établi dans le territoire qui lui est attribué;

3° un membre est issu du milieu des affaires ou du milieu institutionnel, social, éducatif ou communautaire;

4° au plus un membre peut être une personne responsable d'un service de garde en milieu familial établi dans le territoire attribué à ce bureau;

5° aucun membre n'est lié à un autre membre ou lié à un membre du personnel de la personne morale ou à une personne responsable d'un service de garde en milieu familial établi dans le territoire.

Ne peuvent être membres ni administrateurs de cette personne morale un titulaire de permis de garderie, ses administrateurs, une personne qui leur est liée ou son employé.

Le ministre peut agréer à titre de bureau coordonnateur la personne morale qui satisfait aux critères établis par le présent article et l'article 43 et qui en fait la demande ou celle qu'il sollicite.

Toutefois, si le ministre estime que nul ne satisfait aux critères établis par le présent article et l'article 43 sur un territoire donné, il peut agréer toute autre personne morale à but non lucratif.

2009, c. 36, a. 78.


Commentaire

« Composition du conseil d'administration »

  • Les différentes compositions des conseils d'administration sont illustrées dans le tableau placé en annexe.
2007-04-20

LA LOI
Article 40.2. Lorsqu'un titulaire de permis de centre de la petite enfance est agréé à titre de bureau coordonnateur de la garde en milieu familial, il doit, dans les six mois de son agrément, modifier la composition de son conseil d'administration de la façon suivante :

1° il comprend au moins neuf membres;

2° au moins les deux tiers des membres sont, à parts égales, des parents usagers des services de garde fournis par le centre et des parents usagers des services de garde en milieu familial qu'il coordonne;

3° au plus un membre est une personne responsable d'un service de garde en milieu familial qu'il coordonne.

2009, c. 36, a. 78.


Commentaire

« Composition du conseil d'administration »

  • Les différentes compositions des conseils d'administration sont illustrées dans le tableau placé en annexe.
2007-04-20

LA LOI
Article 41. Seul un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial agréé par le ministre peut reconnaître une personne à titre de responsable d'un service de garde en milieu familial ou coordonner des services de garde en milieu familial fournis par une personne qu'il a reconnue.

Seul le titulaire d'un agrément du ministre peut utiliser un nom comportant l'expression « bureau coordonnateur de la garde en milieu familial ».

2005, c. 47, a. 41.


LA LOI
Article 42. Le bureau coordonnateur a pour fonctions, dans le territoire qui lui est attribué :

1° d'accorder, de renouveler, de suspendre ou de révoquer, suivant les cas et conditions prévus par la loi, la reconnaissance à titre de personne responsable d'un service de garde en milieu familial;

2° d'assurer le respect des normes déterminées par la loi applicables aux personnes responsables d'un service de garde en milieu familial qu'il a reconnues;

3° de répartir entre les personnes responsables d'un service de garde en milieu familial reconnues, selon les besoins de garde des parents et suivant les instructions du ministre, les places donnant droit à des services de garde subventionnés;

4° de déterminer, selon les cas et conditions déterminées par règlement, l'admissibilité d'un parent à la contribution fixée par le gouvernement en vertu de l'article 82;

5° d'administrer, suivant les instructions du ministre, l'octroi, le paiement, le maintien, la suspension, la diminution, le retrait ou la récupération de subventions aux personnes responsables d'un service de garde en milieu familial reconnues et assurer la signature et la gestion des ententes proposées par le ministre ainsi que des documents et renseignements nécessaires à l'administration des subventions;

6° de rendre disponible aux parents de l'information concernant la prestation de services de garde en milieu familial;

7° d'offrir, sur demande, un soutien pédagogique et technique;

8° de traiter les plaintes concernant les personnes responsables d'un service de garde en milieu familial reconnues.

2005, c. 47, a. 42; 2009, c. 36, a. 79.


LA LOI
Article 42.1. Le bureau coordonnateur, ses administrateurs et ses employés ne peuvent être poursuivis en justice en raison d'une omission ou d'un acte accompli de bonne foi dans l'exercice de leurs fonctions.

2009, c. 36, a. 79.


Documents pertinents

Les renseignements contenus dans la fiche d'assiduité et la transmission au bureau coordonnateur (PDF, 22 Ko)

Administration du paiement de la subvention à une responsable d'un service de garde en milieu familial (PDF, 28 Ko)


Commentaires

« Fonctions »

  • Un bureau coordonnateur ne peut réclamer aucuns frais pour des services offerts dans le cadre des fonctions qui lui sont dévolues, et plus particulièrement aucuns frais d'administration, d'inscription ou de gestion pour ces services.
2007-04-20
  • Pour assurer l'exécution de ses fonctions, le bureau coordonnateur doit pouvoir compter sur des personnes dont certaines exercent les fonctions liées au soutien des RSG et d'autres, les fonctions liées à la vérification du respect des normes.

    Article 46 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l'enfance : « Un bureau coordonnateur doit disposer du personnel qualifié nécessaire afin d'assurer la saine gestion du bureau et pour assumer les obligations et les responsabilités qui lui sont dévolues par la Loi et ses règlements notamment en ce qui a trait à la surveillance et au soutien pédagogique et technique offerts aux responsables qu'il a reconnues. »

    Article 47 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l'enfance : « Une personne affectée à la surveillance des responsables de services de garde en milieu familial ne peut être affectée au soutien pédagogique et technique qui leur est offert. »

2009-07-31

« Reconnaissance »

  • Les obligations qui incombent au bureau coordonnateur sont de coordonner les services de garde en milieu familial. Le bureau coordonnateur exerce ses fonctions tant à l'égard des personnes reconnues qui ont des subventions qu'à celles qui n'en ont pas.
  • Le paragraphe 1 de l'article 42 prévoit que le bureau coordonnateur accorde des reconnaissances dans le territoire qui lui est attribué. Le bureau coordonnateur doit reconnaître toute personne qui en fait la demande et qui répond aux exigences prescrites par règlement, qu'on lui attribue des places subventionnées ou non.
  • Le bureau coordonnateur est tenu d'assurer le respect des normes déterminées par la loi applicables aux personnes responsables d'un service de garde en milieu familial qu'il a reconnu, de leur offrir du soutien pédagogique et technique sur demande, que ces responsables disposent de places subventionnées ou non.
  • Le bureau coordonnateur a comme obligation de répartir les places subventionnées selon les besoins de garde des parents et suivant les instructions du ministre. La répartition des places doit se faire de façon transparente et équitable.

    Une RSG peut toujours combler une place vacante par ses propres références ou contacts.
2010-02-15
  • Les parents n'ont pas l'obligation de passer par le bureau coordonnateur pour conclure une entente de service avec une RSG.
2009-07-31


§ 2. — Conditions et modalités de l'agrément

LA LOI
Article 43. Pour accorder son agrément, le ministre tient compte notamment des critères suivants :

1° ses objectifs et ses priorités, la probité et la qualité de son organisation, sa capacité de coordonner la garde en milieu familial notamment, selon les caractéristiques géographiques et culturelles, et sa viabilité;

2° son apport particulier en termes d'enrichissement, de complémentarité ou de diversité en matière de services de garde à l'enfance;

3° les ressources dont il dispose;

4° sa présence dans le territoire délimité par le ministre et sa capacité de concertation avec les organismes issus des milieux institutionnel, social, éducatif ou communautaire existants;

5° la participation des parents, utilisateurs des services de garde qu'il coordonne, à ses activités.

Le ministre peut assujettir l'agrément aux conditions qu'il détermine.

2005, c. 47, a. 43; 2009, c. 36, a. 80.


LA LOI
Article 44. L'agrément détermine le nombre de places donnant droit à des services de garde subventionnés à répartir par le bureau coordonnateur dans le territoire qui lui est attribué.

2005, c. 47, a. 44.


LA LOI
Article 45. L'agrément est accordé et renouvelé pour une période de trois ans ou pour une période plus courte si le ministre le juge utile.

2005, c. 47, a. 45; 2009, c. 36, a. 81.


LA LOI
Article 46. Avis de tout agrément, de son renouvellement ou de son retrait est publié à la Gazette officielle du Québec.

2005, c. 47, a. 46.


LA LOI
Article 47. Le ministre peut, à la demande du bureau coordonnateur, modifier l'agrément en tenant compte des critères prévus à l'article 43.

2005, c. 47, a. 47.


LA LOI
Article 48. Le bureau coordonnateur qui projette de changer l'adresse de son siège, d'aliéner ou de transférer un actif important et nécessaire à son fonctionnement qui a été acquis à même une subvention, ou d'opérer un changement ayant trait à son organisation doit au préalable obtenir l'autorisation du ministre.

2005, c. 47, a. 48.



§ 3. — Retrait de l'agrément

LA LOI
Article 49. Le ministre peut retirer un agrément dans l'une des circonstances suivantes :

1° l'agréé en fait la demande;

2° l'agrément a été accordé sur la foi de renseignements faux ou trompeurs;

3° l'agréé ne se conforme pas aux conditions prévues par la loi ou par son agrément ou à une instruction ou directive donnée par le ministre;

4° il estime qu'un changement dans la situation de l'agréé rend le retrait nécessaire compte tenu des critères qui ont mené à son agrément;

5° si l'agréé pose un geste incompatible avec les règles de saine gestion applicables à un organisme qui reçoit une subvention sur fonds publics ou s'il y a eu malversation ou abus de confiance. Sauf si le retrait est effectué à sa demande, le ministre notifie son intention par écrit à l'agréé et lui accorde un délai d'au moins 10 jours pour présenter ses observations.

2005, c. 47, a. 49; 2009, c. 36, a. 82.


LA LOI
Article 50. Le ministre communique sa décision motivée par écrit.

2005, c. 47, a. 50.


LA LOI
Article 51. Lors du retrait d'un agrément, le ministre assume la coordination des services fournis par les personnes reconnues par l'ancien bureau coordonnateur jusqu'à ce qu'il en agrée un nouveau pour le même territoire. Ces personnes sont alors réputées reconnues par le nouveau bureau coordonnateur.

2005, c. 47, a. 51.

 

Haut de la page

Dernière mise à jour :
22 avril 2010